•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une « taxation normale » à Lévis en 2020, promet le maire

Gilles Lehouillier, maire de Lévis.

Gilles Lehouillier, maire de Lévis

Photo : Radio-Canada

Sébastien Tanguay

Les citoyens de Lévis peuvent s’attendre au retour d’une « taxation normale » dans le budget qui sera déposé lundi prochain. C’est l’espoir que laisse planer le maire, Gilles Lehouillier, qui affirme que sa ville récolte maintenant le fruit de ses investissements.

« Lévis veut payer de plus en plus comptant », assure l’élu, dont les citoyens ont subi, l’an dernier, une hausse de taxes salée de 3,5 %. L’inflation, en 2018, se chiffrait plutôt à 2,1 %.

« Nous n’avions pas le choix d’ouvrir les valves », se défend Gilles Lehouillier, qui explique qu’en raison de la croissance « jamais vue » et soutenue de sa ville, il était normal de délier les cordons de la bourse.

Ce n’est pas tout d’accueillir des gens, il faut aussi développer les aqueducs, les égouts, en assurer l’entretien aussi. Ça finit par nous coûter beaucoup de sous.

Gilles Lehouillier, maire de Lévis

Il croit cependant que Lévis récolte maintenant ce qu’elle a semé. Le prochain budget, assure-t-il, sera celui de la responsabilité.

« Vous allez voir, la semaine prochaine, que nous faisons un pas assez important dans le paiement comptant de nos infrastructures », promet le maire.

Celui-ci vante la venue de deux hôtels du groupe québécois Grand Times Hotel, annoncée lundi matin, comme preuve que les investissements consentis par la Ville portent leurs fruits.

« Notre développement est assez fulgurant », se réjouit l’élu.

Complexe hôtelier au quai Paquet : encore des retards

Un important projet hôtelier, prévu au pied du cap qui surplombe la traverse de Lévis, fait toutefois du surplace depuis près d’un an.

La première pelletée de terre du complexe hôtelier du quai Paquet était d’abord annoncée en mars 2019.

Elle a été une première fois reportée en novembre. Noël approche, et le cap demeure toujours intact.

« Ce dossier-là est assez difficile », concède le maire, qui assure que les retards sont dus à un souci de « bien faire les choses ».

Nous ne sommes pas prêts à accepter n’importe quoi dans le secteur. On veut que ce soit superbement intégré dans le paysage.

Gilles Lehouillier, maire de Lévis

Certains problèmes, notamment l’érosion du cap, ont aussi retardé le projet, affirme le maire.

La Ville a rencontré le promoteur lundi et assure que le dossier avance.

« Il reste à nous entendre sur le nombre de chambres », précise le maire, qui assure que son administration reviendra en janvier avec un échéancier « très précis ».

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Québec

Politique municipale