•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Violences sexuelles : l’aide provinciale est-elle suffisante pour l’Est-du-Québec?

Une femme dont le visage est caché par ses mains en premier plan, paume droite sur poing gauche.

La Clinique juridique Juripop mettra en œuvre un projet pilote de 15 mois pour offrir gratuitement des services aux victimes de violences sexuelles.

Photo : iStock

Radio-Canada

Québec a remis 2,6 millions de dollars à la Clinique juridique Juripop pour mieux accompagner les victimes de violences sexuelles. Dans l’Est-du-Québec, des intervenants en lutte contre les violences sexuelles se demandent comment ce service sera assuré partout dans la région et surtout dans les petits milieux.

Le projet sera déployé sur l'ensemble du territoire québécois grâce à un réseau d'avocats partenaires qui seront recrutés dans des bureaux de pratiques privées. Les avocats qui vont se joindre à l'organisme seront formés et rémunérés pour leur travail.

Ils pourront, par exemple, répondre aux questions des victimes de violences sexuelles sur le processus juridique et les accompagner lorsqu'elles souhaitent porter plainte à la police

Selon la coordonnatrice du CALACS La Pointe du jour à Sept-Îles, Martine Michel, il manque des détails pour comprendre quels services seront offerts sur la Côte-Nord.

Elle se demande notamment ce que les avocats partenaires pourraient faire de plus que les intervenants des centres d’aide qui offrent déjà ces services dans la région.

Des avocats partenaires peuvent donner des premiers conseils pour un processus juridique, mais n'empêche que les CALACS ou les CAVAC font déjà des interventions à ce niveau-là.

Martine Michel pense toutefois que cet investissement est une bonne nouvelle pour les victimes de violences sexuelles, mais elle espère que les services qui leur seront offerts seront bonifiés et non pas dédoublés.

Une femme se couvre le visage dans un coin d'une pièce avec son ombre au dessus d'elle.

Image générique

Photo : Shutterstock

Son homologue du CALACS du KRTB à Rivière-du-Loup, Clémence Harvey, salue aussi cet investissement. Par contre, elle estime que le montant accordé par le gouvernement provincial n’est pas suffisant.

On espère qu’il va y avoir d’autre argent qui va être mis de ce côté-là. Ça peut sembler être un gros montant, mais pour l’ensemble de la province, séparément, c’est plus petit.

Clémence Harvey espère aussi que l’ensemble des communautés de l’Est-du-Québec pourront profiter de cette aide financière.

On espère que l’ensemble de la province va être desservi, comme les villages et les endroits plus ruraux.

Clémence Harvey, coordonnatrice du Centre d'aide et de lutte contre les agressions à caractère sexuel du KRTB

Le projet-pilote de la Clinique juridique Juripop débutera le 1er janvier et il se terminera le 31 mars 2021.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Côte-Nord

Politique provinciale