•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La glace du lac Winnipeg piège les véhicules de pêcheurs impatients

Une voiture dans l'eau.

Un camion et une roulotte, entre autres, sont passés à travers la glace du lac Winnipeg.

Photo : Steve Boyd

Radio-Canada

Trois camions, deux personnes et une roulotte se sont retrouvés dans les eaux glaciales du lac Winnipeg dimanche, après que la glace eut cédé sous le poids des véhicules. Les accidents se sont déroulés à Balsam Bay, à une heure au nord-est de Winnipeg.

Le secteur est populaire parmi les pêcheurs sur glace. Dean Stockmann, qui y pêche depuis 30 ans, est tombé par hasard sur la scène. Les personnes qui étaient tombées dans l’eau se frayaient déjà un chemin vers la berge.

Je ne sais pas combien pèse cette roulotte, mais elle ne devrait pas être sur la glace avant janvier ou février, dit-il. Ça n’a aucun sens de s'y aventurer avec une roulotte.

Dans les jours précédant l’accident, M. Stockmann a testé l’épaisseur de la glace, qu’il estime à environ 38 centimètres. C’est juste assez pour permettre à une camionnette de rouler sur la glace, selon la société de sauvetage du Manitoba.

Personne n’a été blessé dans l'accident, mais les véhicules sont toujours à moitié submergés, emprisonnés dans la glace.

Selon la page Facebook Grand Beach and Grand Marais, plus de 300 personnes étaient sur la glace dimanche matin.

Une roulotte dont l'arrière est dans l'eau.

Une roulotte a traversé la glace trop mince du lac Winnipeg.

Photo : Radio-Canada / Chloé Dioré de Périgny

L’inexpérience des pêcheurs en cause

Le Manitoba a connu des températures relativement élevées pour la saison dans les dernières semaines. C’est de la glace pour marcher, lance Jim Skinner, qui habite Balsam Bay depuis 50 ans.

Selon lui, dans ces conditions, une camionnette a une chance sur deux de briser la glace.

Je ne vais pas risquer ma vie pour un poisson, mais on dirait que beaucoup de ces gars veulent le faire, dit-il, ajoutant que la personne qui tirait la roulotte n’avait « aucune idée » de ce qu’elle faisait.

Dean Stockmann est d’accord. Certaines personnes ont trop peu d’expérience et ne pensent pas aux conditions de la glace. Elles veulent juste sortir et publier des photos, elles ne pensent qu'aux photos de poissons.

Une glace imprévisible

Le Dr Christopher Love, de la Société de sauvetage du Manitoba, souligne que le mouvement de l’eau sous une couche de glace peut la fragiliser, sans que ce soit visible. Il croit que les conditions de glace seront plutôt imprévisibles cette saison, en raison du niveau élevé de l'eau l'automne dernier.

Un panneau d'avertissement orange à côté d'une route bordée de près par une rivière glacée.

Un embâcle près de Saint-Andrews, au Manitoba, en automne.

Photo : Radio-Canada / Pat Kaniuga

Beaucoup de la glace cette année, c’est de la glace frasil, probablement en raison de la manière dont la glace s’est formée, dit-il.

Le frasil est composé de fines aiguilles ou de plaquettes de glace en suspension dans l'eau, susceptibles de se multiplier très rapidement. Le frasil se forme habituellement dans des périodes d’alternance de gel et de dégel.

M. Love ajoute que le niveau d’eau baissera pendant l’hiver, ce qui peut causer des zones creuses qui peuvent s’effondrer par le simple poids de la glace ou sous le poids de la moindre charge.

Avec des informations de Nicholas Frew

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Manitoba

Chasse et pêche