•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La réalité virtuelle pour lutter contre l'anxiété sociale chez les bègues

Une personne assise avec un casque de réalité virtuelle.

Le programme offre, entre autres, des exercices de communication dans le cadre d'un discours ou d'une réunion.

Photo : Institut de traitement et de recherche du bégaiement de l'Université de l'Alberta

Radio-Canada

Un nouveau programme de réalité virtuelle s'attaque à l'anxiété sociale chez les personnes qui bégaient. Grâce à une série d'exercices, la technologie, créée par l'Institut de traitement et de recherche du bégaiement de l'Université de l'Alberta, permet aux patients d'acquérir plus d'aisance avec la prise de parole en public.

Le patient prend place sur une chaise et met un casque virtuel sur la tête. Il se retrouve alors plongé dans un univers où il doit prendre la parole en public, par exemple, pour un discours devant une salle comble ou une simple réunion au travail.

L'outil permet d'offrir un environnement virtuel en constant changement, afin de mesurer la progression de l'utilisateur et son niveau d'anxiété avant et après chaque séance.

Bégaiement et anxiété sociale

Les personnes qui bégaient font face à un trouble d'anxiété sociale, selon le président de la chaire de recherche sur le bégaiement de l'Université de l'Alberta, Torrey Loucks.

Ce que nous voulons, c'est fournir des situations de communication difficile, afin que les personnes qui bégaient puissent mettre en pratique les compétences qu'elles utilisent en thérapie.

Torrey Loucks, président, Chaire de recherche sur le bégaiement, Université de l'Alberta

D'après lui, près de 50 % de ces personnes présentent des craintes au sujet de la prise de parole en public, alors que, si elles ne bégayaient pas, elles n'auraient probablement plus peur de parler en public ou dans des situations sociales.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Alberta

Recherche et développement