•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La Chine bannit les logiciels et le matériel informatique étrangers de son administration

Drapeau chinois avec un arrière-plan de carte mère.

Les tensions entre la Chine et les États-Unis pourraient bien façonner l’avenir de la technologie.

Photo : getty images/istockphoto / IvancoVlad

Radio-Canada

Tout ordinateur et logiciel fabriqué à l’extérieur de la Chine devra disparaître des institutions publiques chinoises d’ici les trois prochaines années, d’après des informations obtenues par le quotidien The Financial Times. 

Cette décision survient au moment où la Chine et les États-Unis sont en pleine guerre commerciale et technologique, notamment en raison de l’interdiction du géant chinois Huawei sur le territoire américain.

Cela veut donc dire que les produits fabriqués par Microsoft, Dell et HP ne seront plus utilisés par le gouvernement chinois d’ici le 31 décembre 2022. Selon la firme de courtage China Securities, cela représente plus de 30 millions d’ordinateurs.

Ce sont des géants technologiques locaux, comme Lenovo, Huawei et Oppo, qui fabriquent les appareils de remplacement. Selon plusieurs spécialistes, ce qui risque plutôt d’être difficile à remplacer, ce sont les logiciels d’entreprises américaines comme Microsoft ou Apple.

La guerre technologique 

Les tensions entre ces deux puissances économiques pourraient bien façonner l’avenir de la technologie alors que des entreprises des deux pays tentent d’occuper le plus d’espace possible sur le marché technologique.

Le gouvernement chinois a élaboré en 2015 le programme stratégique Made in China 2025, qui vise à faire du pays le leader mondial de la technologie, notamment à l’aide d’investissements dans les secteurs de la robotique, de l'intelligence artificielle et dans l’énergie durable.

Le pays vise également à devenir « technologiquement indépendant » et à ne plus avoir à se fier à la technologie étrangère. Ce bannissement de technologies américaines du secteur public est l’un des premiers pas sérieux dans cette direction.

Les États-Unis sont quant à eux les chefs de file mondiaux en recherche technologique, en plus d’être la plaque tournante mondiale de la technologie grâce aux géants de la Silicon Valley.

L’administration Trump a interdit à Huawei de vendre des équipements de réseaux aux États-Unis en 2019 en plus d’interdire aux groupes américains de faire affaire avec le géant chinois. Résultat : ses téléphones ne peuvent plus être équipés par le système d’exploitation Android, fabriqué par Google.

L’entreprise est accusée d'espionnage industriel aux États-Unis et d'avoir fait affaire avec l'Iran malgré les sanctions économiques américaines. Elle est également impliquée dans deux poursuites contre le gouvernement fédéral américain afin de renverser certaines des sanctions qui la visent.

Avec les informations de TechCrunch, et CNN

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Affaires

Techno