•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les premiers réacteurs modulaires en démonstration au monde au Nouveau-Brunswick

Mike Holland, ministre de l’Énergie, fait un discours.

Deux réacteurs seront en exposition dans la seule centrale nucléaire en Atlantique, soit celle de Point Lepreau, dans le sud-ouest de la province.

Photo : Radio-Canada / Rose Saint-Pierre

Francis Pilon

Le Nouveau-Brunswick accueillera les tout premiers réacteurs modulaires en démonstration au monde. C’est à la centrale nucléaire de Point Lepreau qu’on pourra les trouver.

Deux réacteurs seront en exposition dans la seule centrale nucléaire en Atlantique, soit celle de Point Lepreau, dans le sud-ouest de la province. Une annonce a eu lieu lundi matin à cet effet.

La salle d’exposition sera aménagée dans la centrale pour éduquer le public à propos de cette technologie.

Le Nouveau-Brunswick se joint ainsi à la Saskatchewan et à l’Ontario, qui misent sur cette technologie pour diminuer les émissions de gaz à effet de serre (GES).

Pour la dernière année, on était en travail avec le gouvernement du Nouveau-Brunswick et aussi avec Énergie Nouveau-Brunswick pour discuter de la technologie puis de l’industrie qu’on essaie de créer. Aujourd’hui, on nous donne la clé de la maison pour rester ici et continuer le travail.

Norman J.D. Sawyer, président et chef de la direction de l’entreprise ARC Canada

Il existe déjà un réacteur modulaire aux États-Unis pour tester la technologie, mais c’est la première fois qu’un petit réacteur modulaire (PRM) commercialisable sera construit.

Une première étape de franchie

Au Nouveau-Brunswick, les petits réacteurs nucléaires modulaires ont aussi franchi la première des trois étapes de la Commission canadienne de la sûreté nucléaire (CCSN). La province est actuellement au stade de prototype.

Étapes de la CCSN

Étape 1 : évaluation design de la technologie

Étape 2 : évaluation technologie, inspection, grosse étape 

Étape 3 : soumission d’une candidature pour l'obtention d'une licence d’exploitation (2028)

C'est d'ailleurs ce que reproche le Parti vert du Canada à ce projet : on investit dans des technologies qui n'existent pas encore, et qui sont très coûteuses, alors que le solaire et l'éolien sont disponibles.

Le gouvernement répond qu'il faut diversifier les investissements dans les énergies renouvelables et que le nucléaire est la voie de l'avenir.

On investit dans plusieurs technologies, solaire et éolien, mais c’est difficile de refuser d’investir dans le nucléaire… ça ne sera pas suffisant pour faire la transition énergétique, affirme le ministre de l’Énergie, Mike Holland.

Selon M. Holland, il existe une acceptabilité sociale pour l’énergie nucléaire au Nouveau-Brunswick.

Le projet à la centrale Point Lepreau et ses retombées, une fois commercialisés, créeraient près de 10 000 emplois.

Cette technologie recycle aussi une partie des déchets d’uranium produits dans la province.

Les petits réacteurs modulaires produisent jusqu'à 300 mégawatts d'électricité, soit un peu moins de la moitié de ce qu'a produit l’an dernier la centrale nucléaire de Point Lepreau.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Nouveau-Brunswick

Énergie