•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Centre de prévention du suicide prêt pour la période critique des fêtes

Deux intervenants répondent aux appels avec des casques d'écoute.

Des intervenants du Centre de prévention du suicide et de Tel-Aide sont en poste tout le temps des fêtes.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Le temps des fêtes est souvent une période difficile pour les personnes seules. Le Centre régional de prévention du suicide (CPS) se prépare d’ailleurs pour faire face à ces semaines critiques.

Les célébrations et les réjouissances se révèlent parfois un élément déclencheur pour les personnes en crise ou celles qui traversent des moments difficiles.

Des amis fêtent le jour de l'An entre eux.

Des amis fêtent Noël ensemble.

Photo : iStock

Dans le temps des fêtes, on est avec soi-même et on regarde les autres qui sont dans l’allégresse et dans les festivités. Ça nous met en contact avec ce qu’on vit pour vrai, explique la responsable de service pour l’organisme, Annie Laviolette.

Elle mentionne que le nombre d’appels n’est pas tellement plus élevé, mais l’émotivité est plus vive. Hubert Boudreault, un intervenant de Tel-Aide, observe la même chose.

C’est un temps qui déclenche des détresses parfois plus profondes et plus intenses chez les gens.

Hubert Boudreault, intervenant pour Tel-Aide
Un intervenant avec un casque d'écoute est assis devant un ordinateur.

Hubert Boudreault, de Tel-Aide, répond à l'appel d'une personne en crise.

Photo : Radio-Canada / Mélissa Savoie-Soullières

Un service continu

Les deux organismes, logés dans les mêmes bureaux, s’assurent de pouvoir répondre à toutes les demandes pendant la période des fêtes.

On s’assure qu’il y a toujours des intervenants disponibles et des intervenants de garde ou de soutien. Advenant qu’on ait besoin de se déplacer, il y a toujours quelqu’un disponible 24/7, explique Mme Laviolette.

Le Centre de prévention du suicide multiplie d’ailleurs les efforts pour faire connaître son numéro (1-866-APPELLE) et ses services afin de rejoindre les personnes dans le besoin et leurs familles. L’idéal est toujours la prévention.

Notre souhait, c’est que les gens appellent avant d’être dans une crise, ne pas rester dans le malaise.

Annie Laviolette, responsable de service au CPS

Le Centre de prévention du suicide du Saguenay-Lac-Saint-Jean reçoit en moyenne 3000 appels chaque année.

D'après le reportage de Mélissa Savoie-Soulières

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Saguenay–Lac-St-Jean

Santé mentale