•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une Manitobaine revient « critique, mais optimiste » de la COP25 à Madrid

Grace Ma, 20 ans est devant Queen's Park et tient une pancarte sur laquelle est écrit : « No nature, no future »

Grace Ma avait également participé à la marche pour le climat à Toronto, le 27 septembre dernier.

Photo : Radio-Canada / Annie Poulin

Mohamed-Amin Kehel

« Intéressant », mais pas en mesure de proposer « un changement radical » : c’est ce que retient la Manitobaine Grace Ma de la 25e Conférence des parties à la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques (COP) à Madrid à laquelle elle a assisté.

C’est par le biais du club d’action environnementale de l'Université de Toronto que l'étudiante de 20 ans a obtenu une accréditation pour cette COP25. Elle y a passé une semaine, participé à de nombreuses conférences et tables rondes et rencontré de nombreux militants pour l’environnement. Grace Ma affirme qu'il y avait toujours quelque chose à faire et estime avoir beaucoup appris.

Un des premiers objectifs au retour de son expédition est de produire un document expliquant aux personnes non présentes les coulisses et le fonctionnement d’une COP.

Elle reste toutefois lucide sur la capacité d’un tel événement à faire changer rapidement les choses.

Je ne voulais pas vraiment sortir de la conférence avec une attitude cynique ou négative, mais c’est difficile de ne pas ressentir cela, car les décisions sont prises vraiment lentement.

Grace Ma, Manitobaine ayant assisté à la COP25 à Madrid

La jeune Manitobaine est persuadée que le changement viendra de la base et juge que la COP reste trop élitiste. Elle trouve également les décisions trop lentes alors qu’il faut transformer le système avant que la planète ne change de manière irréversible.

De son expérience, Grace Ma retiendra d’abord la grande marche pour le climat qui a réuni des centaines de milliers de manifestants. Mais elle gardera surtout en mémoire les rencontres effectuées durant ce voyage. Pour elle, ce séjour madrilène a été l’occasion de connaître une grande pluralité de personnes passionnées par l’environnement.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Manitoba

Changements climatiques