•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Accord de libre-échange nord-américain : ultime rendez-vous à Mexico

Les drapeaux des États-Unis, du Mexique et du Canada, placés côte à côte.

À date, seul le Mexique a donné son feu vert à l’ACEUM.

Photo : AFP

Radio-Canada

Les principaux négociateurs du nouvel accord de libre-échange entre le Canada, les États-Unis et le Mexique se retrouvent mardi, à Mexico, pour peaufiner la ratification de ce traité, un an après sa signature.

Je confirme que [...] le mardi 10 décembre, à 12 h (13 h HNE) les équipes de négociateurs du Mexique, des États-Unis et du Canada se réuniront pour présenter les progrès réalisés sur la modernisation de l'Accord Canada–États-Unis–Mexique (ACEUM), a annoncé le ministre mexicain des Affaires étrangères, Marcelo Ebrard.

La rencontre aura lieu au palais présidentiel. Le représentant américain au Commerce, Robert Lighthizer, et le gendre et conseiller du président Trump, Jared Kushner, représenteront les États-Unis.

La vice-première ministre Chrystia Freeland sera de la réunion, a confirmé le gouvernement canadien lundi en fin de soirée. Un accord pourrait être conclu dès ce moment, selon ce qu'ont indiqué des sources à CBC.

Pour sa part, Donald Trump s'est aussi montré optimiste. On me dit que ça se passe bien et que d'importants progrès ont été faits ces dernières 48 heures, a-t-il déclaré lundi.

L'ACEUM, appelé à remplacer l’Accord de libre-échange nord-américain (ALENA), a été annoncé en novembre 2018, mais le Mexique est le seul des trois pays à l’avoir ratifié.

L’accord est de facto bloqué à la Chambre des représentants, contrôlée par le Parti démocrate, qui réclame diverses modifications avant de l’approuver. Selon le président du syndicat AFL-CIO, Richard Trumka, les démocrates ont cependant réussi à conclure une entente à ce sujet avec la Maison-Blanche.

À titre de président du plus important syndicat américain, M. Trumka prend part aux discussions en cours, ce qui donne du poids à son annonce. L’approbation de l’accord par l’AFL-CIO, braqué depuis longtemps contre l’ALENA, est considérée comme cruciale pour que l’ACEUM soit ratifié, les démocrates voulant éviter d'approuver un accord rejeté par le syndicat.

L'Associated Press rapportait donc lundi que les démocrates seraient satisfaits des changements négociés par Nancy Pelosi, présidente de la Chambre, et par M. Lighthizer.

Mme Pelosi a d'ailleurs rencontré des démocrates de haut rang lundi soir pour étudier ces changements et a déclaré que d'autres réunions étaient prévues pour mardi.

Nous sommes proches. Nous n'avons pas encore tout à fait fini. Nous sommes à portée de tir. Nous sommes à un moment de vérité.

Nancy Pelosi, lundi soir

Le président mexicain Andres Manuel Lopez Obrador a pour sa part déclaré lundi que les sénateurs de son pays ont accepté les modifications proposées.

Il a du même souffle respectueusement demandé à Nancy Pelosi d’appuyer la ratification.

Près de la coupe aux lèvres

Les dirigeants des trois pays paraphent le document.

L'Accord Canada–États-Unis–Mexique a été signé à Buenos Aires le 20 novembre 2018.

Photo : La Presse canadienne / Pablo Martinez Monsivais

Interrogé plus tôt à Ottawa, Justin Trudeau a lancé : Nous travaillons très dur et nous avons bon espoir d'arriver à une ratification bientôt. Les Canadiens sont prêts, mais ont toujours dit attendre que Washington ratifie le texte avant de le faire eux-mêmes.

Un accord final pourrait être conclu dans les 24 heures, selon plusieurs sources, ouvrant la voie à la ratification, a affirmé pour sa part la chaîne financière Fox Business.

Plusieurs médias américains, dont le Wall Street Journal, CNBC et Fox News, rapportent également qu’une entente est imminente.

Bloomberg News publie la même information, en précisant que la Maison-Blanche dresse déjà des plans pour la cérémonie officielle de ratification.

Selon la presse américaine, les démocrates sont divisés sur l’avantage de procéder à la ratification de l’accord.

Certains craignent que cela n’accorde une victoire au président Donald Trump, qui n’a jamais cessé de dénoncer l’ALENA. D’autres craignent cependant de se faire accuser d’être obnubilés par la procédure de destitution contre lui qui bat son plein.

Avec les informations de Agence France-Presse

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Accords commerciaux

Économie