•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le gouvernement Trudeau annonce une baisse d'impôt pour la classe moyenne

Le ministre fédéral des Finances, Bill Morneau, estime que cette baisse d'impôt profitera à plus de 20 millions de Canadiens de la classe moyenne.

Photo : The Canadian Press / Justin Tang

Radio-Canada
Mis à jour le 

Le première tranche des paliers d’imposition, où les citoyens ne payent pas d’impôts, passera progressivement de 12 069 $ à 15 000 $ en 2023, a annoncé le ministre des Finances Bill Morneau lundi.

Ainsi, la première tranche de revenu non imposable évoluera comme suit :

2020 : de 12 298 $ à 13 229 $

2021 : de 12 554 $ à 13 808 $

2022 : de 12 783 $ à 14 398 $

2023 : de 13 038 $ à 15 000 $.

« Environ 20 millions de Canadiens pourront profiter de cette baisse d’impôts et 1,1 million [de Canadiens] ne payeront plus d’impôts », explique le fiscaliste Stéphane Leblanc, qui était de passage à RDI Économie.

Il a précisé par ailleurs que cette mesure va bénéficier à 52 % d’hommes et 48 % de femmes.

Près de 3 milliards de dollars seront retournés dans les poches des Canadiens de la classe moyenne dès la première année.

Bill Morneau, ministre des Finances

Selon la ministre de la Prospérité de la classe moyenne et ministre associée des Finances, Monia Fortier, à terme, une personne seule économisera environ 300 $ d’impôt par année.

Pour les familles, cela se traduira par des économies de près de 600 $ par année, estime la ministre.

Au Québec, cette mesure se traduira comme suit pour les personnes seules ou en couple.

En 2020, la baisse d’impôt pour une personne seule sera de 117 $ et de 234 $ pour un couple. Cette baisse évoluera pour atteindre 246 $ pour une personne et 492 $ pour un couple en 2023.

Une promesse électorale

Cette annonce du ministre Morneau est en fait une promesse que les libéraux avaient faite lors de la dernière campagne électorale.

Selon les chiffres annoncés en campagne, le coût total de la mesure qui s'adresse à tous les contribuables qui gagnent moins de 147 000 $ par an, serait de 2,9 milliards de dollars en 2020-2021 et atteindrait 5,6 milliards en 2023-2024.

Bill Morneau a également annoncé qu'il prévoyait présenter une mise à jour économique d'ici Noël sans toutefois en préciser la date.

Le gouvernement Trudeau étant minoritaire à la Chambre des communes, la motion qui prévoit cette réduction d'impôt devra être appuyée par un nombre suffisant de députés de l'opposition pour être adoptée. Le Bloc québécois a déjà fait savoir qu'il ne s'y opposerait pas.

Je m'imagine mal qui sera contre, a souligné le chef du parti, Yves-François Blanchet.

Nous, on l’aurait peut-être fait différemment, mais on reconnaît que c’est un engagement assez emblématique que ce gouvernement-là a pris et je ne vois pas de raison de s’opposer.

Yves-François Blanchet, chef du Bloc québécois

Les conservateurs veulent un plan de retour à l’équilibre budgétaire

Tout en précisant que les conservateurs n’ont rien contre les baisses d’impôt, le député de Louis-Saint-Laurent, Gérard Deltell, a expliqué que son parti les apprécie dans la mesure où elles sont faites de façon sérieuse et rigoureuse avec un plan de retour à l’équilibre budgétaire.

Sans dire si les conservateurs allaient s’y opposer, Gérard Deltell a déclaré que son parti allait étudier la motion des libéraux et son contenu avant de prendre une décision.

Il en a profité pour souligner l’ouverture de Bill Morneau face au dépôt prochain d’une mise à jour économique.

Ça fait deux mois que les gens ont voté et ça fait deux mois qu’on l’attendait […] Le ministre des Finances a ouvert la porte ce matin, très bien.

Les conservateurs pressent également Bill Morneau de le faire au cours des cinq jours qu’il reste avant le congé des fêtes afin que le Parlement puisse en débattre.

Le NPD veut plutôt un plan dentaire

Dans les rangs du Nouveau Parti démocratique, on estime que cette baisse d'impôt serait plus utile si on l'utilisait plutôt pour offrir des soins dentaires aux Canadiens qui n'y ont pas accès.

Selon le député de New Westminster-Burnaby, Peter Julian, la baisse d’impôt que proposent les libéraux pourrait être limitée aux citoyens qui gagnent moins de 90 000 $ par an. Avec la marge financière ainsi libérée, qu’ils estiment à 1,6 milliard de dollars, les néo-démocrates proposent de jeter les bases d’un programme de soins dentaires pour les 4,3 millions de Canadiens qui n'en bénéficient pas.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Économie