•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La Co-op de Regina songe à évacuer ses employés en fin de quart par hélicoptère

Un hélicoptère dans le ciel.

Des hélicoptères sont utilisés pour contourner le piquet de grève.

Photo : Unifor

Radio-Canada

La raffinerie Co-op de Regina envisage d’utiliser des hélicoptères dans un « avenir très proche » pour permettre à ses employés des camps de travail de quitter le site pour leurs congés.

Elle les utilise déjà en réponse à ce qu'elle décrit comme un comportement « inapproprié et dangereux » de certains membres du syndicat Unifor. Les engins approvisionnent la raffinerie en nourriture, en matériel et en médicaments.

Dans un communiqué diffusé le dimanche 8 décembre, le directeur des communications de la raffinerie Co-op, Brad DeLorey, expliquait que les hélicoptères servaient à transporter les « employés de façon sécuritaire de l'autre côté des piquets de grève ». En entrevue avec Radio-Canada et dans un bref courriel lundi, Brad DeLorey affirme plutôt que « seuls du matériel et de la nourriture » ont été transportés de la sorte.

Dans ce même communiqué, la direction de la raffinerie soutient qu’elle avait respecté le droit de grève des membres du syndicat, mais qu'elle déplorait le comportement de certains d'entre eux.

Les employés ont été harcelés, abordés et abusés verbalement lors du franchissement de piquets de grève. Nous n'accepterons tout simplement pas ce comportement.

CBC/Radio-Canada a communiqué avec le syndicat Unifor pour recueillir sa version des faits.

Le communiqué de la raffinerie affirme également que des membres de la ligne de piquetage ont retardé les expéditions de nourriture et ont tenté de bloquer les expéditions de pièces nécessaires à l’usine.

Nous prenons très au sérieux notre responsabilité envers la sécurité de notre communauté et l’approvisionnement en carburant des citoyens de l’Ouest canadien, affirme la Co-op. Aucune menace pour le bien-être de notre population et pour l’intégrité opérationnelle de la raffinerie ne sera tolérée.

Le syndicat Unifor estime quant à lui que le piquet de grève laisse circuler les camions, vers et hors de la raffinerie, en toute sécurité. Il dénonce une stratégie de la part de Co-op, pour détourner l’attention de « l’exploitation dangereuse » du site. Selon lui, les employés qui sont en lock-out sont remplacés par des ouvriers peu expérimentés, ce qui nuit à la sécurité des installations

La raffinerie Co-op de Regina a décrété un lock-out le jeudi 5 décembre.

Avec les informations de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !