•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un centre de sauvetage d'aigles se prépare à accueillir un grand nombre d'oiseaux

Un aigle à tête blanche en plein vol.

L'an dernier, la Mountainaire Avian Rescue Society (MARS) de Merville, en Colombie-Britannique, a accueilli plus de 50 pygargues à tête blanche blessés et affamés.

Photo : La Presse canadienne / Richard Lam

Radio-Canada

Un centre de sauvetage d'oiseaux de l'île de Vancouver se prépare pour un autre hiver chargé.

Depuis le mois de novembre, environ 70 % des rapaces de la côte ouest s'alimentent à la mer des Salish, qui contient certaines des dernières montaisons de saumons de la région. Un autre festin les attend au printemps, moment où la pêche aux harengs commence. Comme les sources de nourriture se raréfient au cours de l'hiver, le nombre d'oiseaux amenés au centre de sauvetage Mountainaire Avian Rescue Society (MARS) augmente, explique son directeur, Warren Warttig.

Un jeune aigle est soigné au centre de sauvetage MARS.

Les oiseaux secourus sont alimentés par sonde dès leur arrivée au centre de sauvetage.

Photo : Facebook/Centre de sauvetage MARS

Les oiseaux en détresse traités au centre sont bien souvent de jeunes aigles affamés qui se débrouillent pour la première fois sans soutien parental.

Ils peuvent paraître en bonne santé, mais, au moment où on les récupère, ils sont très décharnés, explique M. Warttig, ajoutant qu’il est difficile de les soigner.

Un nouvel endroit où voler

Une cage assez grande pour permettre aux oiseaux de s'entraîner à voler afin qu’ils puissent retrouver la masse musculaire perdue est en cours de construction. Sans elle, il est difficile pour le personnel de MARS de les réadapter complètement, même lorsqu'ils ont retrouvé des forces.

Une grande cage en construction.

La nouvelle cage mesurera environ 36 mètres de long et 12 mètres de large.

Photo : Facebook/Centre de sauvetage MARS

À l'heure actuelle, ceux-ci sont envoyés dans d'autres installations de sauvetage, souvent dans le Grand Vancouver, où se trouvent de plus grandes cages où les oiseaux peuvent voler pour reconstituer leur masse musculaire. Ces voyages causent du stress inutile, soutient M. Warttig.

La nouvelle cage sera utilisée pour réadapter non seulement des pygargues à tête blanche, mais aussi des cygnes, de grands hérons bleus et d'autres grands oiseaux qui doivent renforcer leur corps avant de retourner dans la nature.

Avec les informations de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Colombie-Britannique et Yukon

Nature et animaux