•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’avocat de Raif Badawi entame une grève de la faim

Une pancarte avec la photo de Raif Badawi et la mention « Je suis Raif ».

L'avocat Waleed Albukhair a été emprisonné un an après son client Raif Badawi.

Photo : Sébastien Vachon

Radio-Canada

Amnistie internationale a appris samedi que l'avocat du prisonnier d'opinion Raif Badawi a entamé une grève de la faim le 26 novembre.

Waleed Abulkhair, qui a été condamné à purger 15 ans de prison en Arabie saoudite, aurait été placé en isolement et risque maintenant d'être torturé.

C’est un prisonnier d’opinion. Il n’a rien à faire en prison en premier lieu.

Mireille Elchacar, porte-parole d’Amnistie internationale en Estrie.

Une situation préoccupante, selon l'organisme, puisque l'avocat serait emprisonné uniquement en raison de ses actions pour les droits de la personne.

C'est extrêmement préoccupant. Waleed Abulkhair est en prison en vertu d’une très vaste loi antiterroriste. Il était la première personne a être inculpée sous cette loi et on sait très bien chez Amnistie que c’était un procès bidon, affirme Mireille Elchacar

Amnistie internationale demande sa libération immédiate et sans condition, en plus de réclamer d'assurer sa sécurité.

On demande d’assurer la sécurité de Walid Abulkhair, on demande qu’il sorte de l’isolement et qu’il puisse contacter son avocat et sa famille et qu’il puisse recevoir des soins médicaux si sa santé est en danger, explique-t-elle.

Alors que l'Arabie Saoudite a récemment pris la tête du G20, Amnistie internationale demande qu'elle change ses pratiques envers les personnes qui militent pour les droits de la personne.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Estrie

Droits et libertés