•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un budget d’immobilisation attendu avec impatience et inquiétude

Ernie Steeves devant un lutrin sur lequel le mot « Budget » est écrit.

Ernie Steeves (photo), le ministre des Finances du Nouveau-Brunswick, présentait le 19 mars 2019 le premier budget du gouvernement minoritaire de Blaine Higgs.

Photo : CBC / Maria Jose Burgos

Radio-Canada

Au Nouveau-Brunswick, le prochain budget d’immobilisation du gouvernement progressiste-conservateur de Blaine Higgs est attendu avec un mélange d’impatience et d’inquiétude. Il sera déposé mardi à Fredericton.

L'an dernier, le budget avait été marqué par des coupes importantes qui ont entrainé la réévaluation de plusieurs projets.

Dans le domaine de l’éducation, c’étaient neuf projets, à différentes étapes de leur planification architecturale ou de leur construction, qui avaient été interrompus.

Parmi eux, les travaux de modernisation de la Polyvalente Louis-J.-Robichaud, à Shediac.

L’école a été construite à la fin des années 1960 et a besoin de rénovations, selon la directrice générale du district scolaire francophone Sud du Nouveau-Brunswick, Monique Boudreau.

La directrice générale du district scolaire francophone Sud du Nouveau-Brunswick, Monique Boudreau.

La directrice générale du district scolaire francophone Sud du Nouveau-Brunswick, Monique Boudreau.

Photo : Radio-Canada

On se croise les doigts, déclare Mme Boudreau. Il y a eu beaucoup de travail de fait auprès du gouvernement, du ministère de l’Éducation, du ministre de l’Éducation, pour lui expliquer. Il a même fait une visite ici, à l’école. Les élèves lui ont expliqué les besoins en rénovations, alors on souhaite grandement que les travaux vont reprendre.

Du côté des municipalités, des maires rêvent à de bonnes nouvelles pour la route 11.

Les travaux pour élargir cette route entre Glenwood et Miramichi ont été mis sur la glace. Même chose entre la rivière Cocagne et la Petite rivière Bouctouche.

Roland Fougère en entrevue.

Roland Fougère, maire de Bouctouche.

Photo : Radio-Canada

Je suis inquiet, confie Roland Fougère, maire de Bouctouche. Je n’aimerais pas entendre autre chose que de dire que la route 11 va continuer. Je n’aimerais pas entendre qu’ils vont mettre ça sur une étagère, puis que ça va rester là et que ça ne va pas continuer.

Selon M. Fougère, les travaux pour la route 11 sont importants non seulement pour le tourisme et l’économie de sa région en général, mais aussi pour la sécurité des usagers de la route.

D’après le reportage de Wildinette Paul

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Nouveau-Brunswick

Finances publiques