•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’embourgeoisement gagne du terrain dans Saint-Sauveur

Le quartier Saint-Sauveur situé dans la basse-ville de Québec est en pleine mutation avec ses nouveaux commerces, ses nouveaux résidents et ses maisons rénovées.

Photo : Radio-Canada / Bruno Giguère

Le quartier Saint-Sauveur fait l'objet d’une popularité grandissante. De plus en plus de jeunes familles et professionnels y emménagent. Au cœur de l’évolution de ce faubourg de Québec : le phénomène de l’embourgeoisement qui suscite l’inquiétude puisqu'il force des résidents moins fortunés à se relocaliser.

Si votre visite remonte à plus de cinq ans, vous allez être surpris, lance le courtier immobilier, Jimmy Doyon, devant une maison ancestrale entièrement rénovée qu’il a vendue il y a quelques années.

Un homme et une femme discutent devant une maison au toit rouge.

Jimmy Doyon estime que cette maison au toit rouge, située dans le quartier Saint-Sauveur, vaut 450 000 $.

Photo : Radio-Canada / Bruno Giguère

Le quartier Saint-Sô, comme certains le surnomment, se refait une beauté. Des promoteurs résidentiels y ont fait leur marque et de nombreux bâtiments d’origine y ont été restaurés. Un total de 766 permis de rénovation ont été délivrés par la Ville de Québec depuis mai 2016.

En comparaison, il y en a eu 361 dans Saint-Roch et 434 dans Saint-Jean-Baptiste au cours de la même période.

Lorsqu’un immeuble est affiché, même s’il est bof, les gens vont le rénover et ils vont créer une maison sur deux étages. On ne voyait pas ça il y a quinze ans, dit Jimmy Doyon.

Avant les gens qui voulaient vivre en ville parlaient de Montcalm, Saint-Jean-Baptiste, Saint-Roch et Limoilou. Saint-Sauveur était toujours en dernier recours. Maintenant, particulièrement cette année, Saint-Sauveur est devenu le premier choix de mes acheteurs, affirme-t-il.

Les gens voient le potentiel du quartier comme c’était le cas dans Limoilou il y a 20 ans.

Jimmy Doyon, courtier immobilier

« Il faut être rapide et il faut être prêt »

Selon Jimmy Doyon, il y a par contre beaucoup plus de demandes que d’offres dans Saint-Sauveur.

En ce moment, j’ai huit ou neuf acheteurs avec des budgets de 350, 400 000 $ [...] Dès qu’une propriété intéressante sort sur le marché, c’est la panique. Dernièrement, j’ai sorti une propriété, il y a eu 14 demandes de visite en 24 heures.

Il explique d’ailleurs qu’il n’est pas rare de voir de la surenchère. À un moment donné, lorsque ça fait deux, trois maisons que tu perds, tu es prêt à sortir l’argent. Même moi [qui habite dans le quartier], j’ai payé ma maison en surenchère.

Karine Saint-Pierre, vice-présidente de Construction Saint-Pierre Roseberry, un promoteur qui a fait de la Basse-Ville de Québec sa spécialité, remarque aussi l’engouement pour le quartier, surtout chez les jeunes familles et les professionnels âgés de 25 et 45 ans.

Karine Saint-Pierre, vice-présidente de Construction Saint-Pierre Roseberry

La grande majorité des projets de Construction Saint-Pierre Roseberry se vendent avant même le début de la construction.

Photo : Radio-Canada / Bruno Giguère

Je dirais que 95 % de nos projets sont vendus sur plan, avant même le début de la première pelletée de terre, dit-elle, devant l’un de ses derniers projets de huit unités en construction qui a pris la place d’un vieux garage délabré.

On propose un concept qui permet aux gens d’avoir ce que la banlieue leur propose, mais dans les quartiers centraux. Les projets ont souvent des portes sur rue, des espaces extérieurs, plusieurs étages et des garages.

Elle affirme qu’il existe présentement une liste d’attente d’acheteurs potentiels pour leurs projets à venir.

Il y a de moins en moins de possibilités dans Saint-Sauveur. On est appelé à aller un petit peu plus vers l’ouest, même parfois vers Vanier, pour continuer de proposer des projets à un coût intéressant.

Karine Saint-Pierre, vice-présidente de Construction Saint-Pierre Roseberry

En effet, qui dit revitalisation, dit augmentation de prix. Les prix ont évolué de façon assez exponentielle, lance Jimmy Doyon.

Le prix médian d’une propriété dans Saint-Sauveur est passé de 172 250 $ en 2008 à 325 000 $ en 2019, selon des données obtenues à l’Association professionnelle des courtiers immobiliers du Québec.

Il s'agit d'une hausse de 89 % dans ce quartier historiquement ouvrier. Pendant cette même période, les autres quartiers du centre-ville connaissaient aussi une hausse de prix variant de 59 % dans Montcalm à 96 % dans le Vieux-Limoilou.

La façade d'une maison avec de petits galeries au 2e étage et des lucarnes.

L'une des maisons les plus dispendieuses vendues dans Saint-Sauveur au montant de 570 000 $. Il s'agit d'une propriété « unique », selon Jimmy Doyon.

Photo : Radio-Canada

La Ville veut garder l'équilibre

Si certains voient dans Saint-Sauveur une bonne affaire et l’endroit idéal pour former une famille, d’autres sont inquiets des répercussions du phénomène d’embourgeoisement sur leur quartier.

C’est important pour nous de garder la belle mixité dans Saint-Sauveur [entre les nouveaux résidents et ceux de longue date], affirme le conseiller municipal de Saint-Roch et Saint-Sauveur Pierre-Luc Lachance. C’est pourquoi, dit-il, nous avons annoncé 200 logements sociaux dans Saint-Roch.

Pierre-Luc Lachance est conscient qu’il en faut aussi dans Saint-Sauveur. On n’a rien à annoncer pour le moment, mais il y a toujours des opportunités qui sont analysées, dit-il.

Éric Martin, coordonnateur du Comité citoyens et citoyennes du quartier Saint-Sauveur (CCCQSS), affirme que la Ville pourrait être plus proactive dans ses démarches.

Un chantier de construction avec une camionnette à l'avant et une grue à l'arrière.

Un des nombreux chantiers de construction observés dans le quartier Saint-Sauveur.

Photo : Radio-Canada / Bruno Giguère

Des terrains, il y en a! On le voit, parce qu’il y a des constructions dans Saint-Sauveur. [...] La Ville aurait pu acquérir ces terrains-là et développer des logements sociaux.

Éric Martin, coordonnateur du Comité citoyens et citoyennes du quartier Saint-Sauveur

Il croit aussi que Québec devrait imposer aux promoteurs un pourcentage de logements à prix modiques dans leurs nouveaux projets résidentiels, car il constate une tendance très forte d’augmentation des loyers.

On voit beaucoup de reprises de logements. Quand ça fait 15-20 ans que tu habites dans le quartier et que ton propriétaire t’annonce qu’il reprend le logement, ton nouvel appartement va inévitablement être plus cher : les propriétaires en profitent pour augmenter les prix. On voit des gens qui ne peuvent même plus se loger dans le quartier, dit Éric Martin.

Selon lui, il est essentiel d’améliorer le quartier tout en gardant le cœur de celui-ci. Et ce cœur, ce sont toutes ces personnes plus démunies qui y vivent depuis des décennies.

En vertu la loi, tout locataire a droit au maintien dans les lieux; il ne peut être évincé du logement loué que dans les cas prévus par la loi.

Le locateur d’un logement peut, par exemple, le reprendre pour l’habiter lui-même ou y loger un membre de sa famille dont il est le principal soutien. Le locateur peut aussi en évincer le locataire pour subdiviser le logement, l’agrandir substantiellement ou en changer l’affectation.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Québec

Immobilier