•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le premier Noël à Sherbrooke pour des nouveaux arrivants

Une foule de nouveaux arrivants est rassemblée dans un gymnase

Des familles arrivées cette année à Sherbrooke célèbrent Noël à l'école Le Phare.

Photo : Radio-Canada / Katy Larouche

Radio-Canada

Près de 400 nouveaux arrivants de Sherbrooke se sont rassemblés pour célébrer leur premier Noël au Québec, samedi après-midi.

Ils ont été accueillis à l'école Le Phare pour découvrir les traditions du temps des Fêtes de leur pays d'accueil, dans le cadre d’un rassemblement organisé par le Service d’aide aux Néo-Canadiens.

C’est un moment pour briser l’isolement et rencontrer d’autres personnes qui peuvent vivre à peu près la même chose, explique Mercedes Orellana, directrice générale du Service d'aide aux Néo-Canadiens.

Des bas de laines et des pantoufles en laine sont posés sur une table.

Des dizaine d'accessoires de laine tricotés par les membres du Cercle des fermières de Rock Forest ont été offerts aux participants.

Photo : Radio-Canada / Katy Larouche

L’école de danse Cadence a fait une prestation, en plus d’apprendre quelques pas de danse traditionnelle aux participants. Ils ont aussi appris la technique pour jouer de la cuillère. Les enfants ont également pu rencontrer le père Noël qui leur a remis de petits cadeaux.

L’événement qui existe depuis plus de 30 ans permet aussi d’accompagner ces familles dans des moments parfois difficiles.

Il y a une symbolique parce que c’est leur premier Noël passé loin de leur famille qui est restée dans leur pays d’origine.

Mercedes Orellana, directrice générale du Service d'aide aux Néo-Canadiens.

Retrouvailles pour le temps des Fêtes

Pour d’autres familles, il s’agit toutefois d’un moment de joie inespéré. Une Congolaise de 22 ans qui est arrivée au Québec en 2015 a retrouvé sa mère cette semaine après avoir été séparée d’elle pendant la guerre au Congo.

Un cadeau inespéré pour une famille congolaise

C’est seulement en 2016, alors qu’elle était installée au Québec que Riziki Mujinga a retracé sa mère grâce à Facebook, une dizaine années après qu’elles aient été séparées.

Elle a ensuite fait les démarches pour déclarer sa mère auprès d’immigration Canada et ainsi demander une réunification familiale. Son arrivée au pays jeudi constitue un incroyable cadeau pour toute la famille.

La mère et ses filles regardent la caméra.

Après avoir été séparée pendant une douzaine d'années, cette famille congolaise est maintenant réunie à Sherbrooke.

Photo : Radio-Canada / Katy Larouche

Elle est très contente de retrouver sa fille et sa petite-fille », explique Riziki Mujinga qui est mère de trois enfants. Elle dit qu’elle est très contente de venir ici, parce qu’elle était dans la souffrance en Afrique, mais maintenant elle est dans la sécurité.

Une joie partagée par sa fille qui peine encore à y croire. J’étais très contente parce que je n’imaginais pas que ça pouvait arriver, ça faisait très longtemps que j’avais perdu ma mère..., affirme-t-elle.

La prochaine étape pour la famille sera de trouver un appartement à Katarina Mizinga, le plus proche possible de chez sa fille pour rattraper le temps perdu.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Estrie

Immigration