•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Centre Renaissance célèbre ses 40 ans et les 80 ans de son fondateur, Gilles Beaudry

x

Photo : Radio-Canada

Laïssa Pamou

Les employés du Centre Renaissance, les clients, les proches et membres de la communauté se sont réunis dimanche à la paroisse des Saints-Martyrs-Canadiens à Winnipeg pour célébrer les 40 ans du centre et les 80 ans de son fondateur, Gilles Beaudry.

Le Centre Renaissance est un organisme à but non lucratif qui offre des services bilingues, dont des consultations psychologiques, favorisant le mieux-être, la croissance personnelle des individus, couples, familles et groupes.

À la création du centre, M. Beaudry était le seul thérapeute et employé. Pour assurer la viabilité à long terme, il a commencé à former des étudiants qui avaient de l’intérêt pour le métier. Aujourd’hui, le centre compte six thérapeutes qui ne travaillent pas à temps plein, faute de financement.

« On n’a pas de financement, alors ce sont des gens qui sont parfois à la retraite qui offrent leurs services », explique M. Beaudry.

Des personnes assises autour des tables dans une salle.

Plus de 110 personnes étaient présentes à la célébration du 40e anniversaire du Centre Renaissance.

Photo : Radio-Canada / Marouane Refak

Besoins croissants

La clientèle au centre est de plus en plus nombreuse, dit M. Beaudry. Il explique que les facteurs de stress sont tellement présents dans toutes les sphères de la vie qu’il est de plus en plus difficile pour les individus de poursuivre leurs ambitions sociales ou professionnelles sans faille.

M. Beaudry souligne qu’il essaie toujours de faire comprendre aux personnes en situation de stress qu’aller demander de l’aide n’est pas un signe de faiblesse, encore moins de maladie.

« Au contraire, aller chercher de l’aide, c’est la preuve qu’on sait ce qu’on veut, dit-il. C’est une preuve de santé, car c’est plus facile de prévenir que de guérir. »

Au centre, le fondateur se consacre plus aux consultations de couples et de groupes.

« J’adore travailler avec le couple, dit-il. J’adore voir comment les transformations peuvent se faire. »

La passion qu’il a pour son travail et le bonheur qu’il tire à voir les clients du centre rebâtir leur vie après des crises ou des zones d’ombres font en sorte qu’il ne pense pas à la retraite, selon lui.

Après 40 ans de service, il veut continuer aussi longtemps que la santé le lui permettra. « Je trouve ce travail tellement excitant », lance-t-il.

M. Beaudry précise cependant que les vacances dans le cadre de son travail sont et ont toujours été sacrées. Après de longs mois à écouter et à conseiller les personnes qui ont des problèmes, il est important de prendre du recul pour se ressourcer et affiner les approches d’aide », explique-t-il.

Quand je quitte l’hiver, je prends le temps de me ressourcer au point de vue mental, psychologique, spirituel et quand je reviens au printemps, je suis prêt à continuer à aider ceux qui en ont besoin. Pour moi c’est très important.

Gilles Beaudry, fondateur du Centre Renaissance

À 80 ans de vie et quatre décennies passées à exercer sa passion, l’ultime souhait du conseiller pour l’ensemble de la société est la culture de la confiance en soi. « Je veux que les gens croient qu’ils sont capables de réaliser ce qu’ils veulent malgré les défis du quotidien », dit-il.

Selon lui, en chaque personne sommeillent des compétences et forces inexplorées. « À la fin de mes sessions avec les clients, je leur demande de fermer les yeux et d’entrer en contact avec leur intérieur afin de laisser émerger les ressources nécessaires qu’ils ont. »

Des photos, des cartes ainsi que des lettres collées sur un carton pliant posé sur une table.

Des cartes et des photos qui retracent l’histoire du centre ainsi que celui de son fondateur étaient exposées.

Photo : Radio-Canada / Marouane Refak

Le fondateur souhaite également que les artisans du centre continuent à être dévoués dans leur travail.

« Quand j’ai commencé le centre, nous avons eu des difficultés pendant au moins 15 ans jusqu’à ce que Centraide décide de nous soutenir. Depuis quelques années, je suis fier de mon équipe, je suis fier des sacrifices auxquels ils ont consenti pour qu'on arrive où nous sommes  », conclut-il.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Manitoba

Société