•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'installation des estacades à Beauceville n'a toujours pas commencé

La rivière Chaudière commence à geler à Beauceville.

Photo : Radio-Canada / Vincent Archambault Cantin

Marie-Pier Mercier

D'abord prévu lundi, le début des travaux pour l’installation des estacades à Beauceville en aval et en amont des Rapides-du-Diable a été remis à plus tard. Le maire de Beauceville critique les retards, précisant que le temps presse pour bien protéger sa ville des inondations.

Les travaux doivent se faire en trois étapes : le forage, l’ancrage et la pose des estacades. Seul le forage devait être entamé lundi par l’entreprise Perforoc, située à Saint-Augustin-de-Desmaures, près de Québec. Or, selon le maire, la préparation d'équipements empêchait l'entreprise de commencer les travaux. Il s'agit, selon le maire, d'un autre délai pour la protection de sa municipalité.

Nous on pensait que le forage et l’ancrage se feraient en même temps, déplore le maire de Beauceville, François Veilleux.

Brian Morse, qui est mandaté par le ministère de la Sécurité publique pour superviser toute la mise en place du dispositif, n’aurait pas informé l’entreprise Perforoc de la profondeur requise pour procéder à l’ancrage, selon M. Veilleux.

Il a un peu trop de projets dans son assiette, on passe en dernier, affirme le maire.

Une course contre la montre

Avoir su, on aurait embauché notre propre firme et on aurait fait nos propres études pour que les étapes soient entreprises rapidement, dit-il.

Les estacades permettent de diminuer les risques d’inondations en réduisant le débit de l'eau.

Elles forcent la formation d’un embâcle en amont de la rivière plutôt qu’à proximité du centre-ville.

Elles sont formées à l’aide de câbles synthétiques, garnis de sapins ancrés de chaque côté de la rivière.

Toutefois, pour être effectives, les estacades doivent être mises en place en eau libre, avant que la glace ne soit formée.

On doit faire vite, mais comme c’est parti là, on va procéder à l’installation en janvier, déplore François Veilleux.

Les câbles synthétiques, commandés d'Europe, seront acheminés vers le Québec lundi. Selon le maire, ils devraient arriver à bon port la fin de semaine prochaine.

On ne peut pas procéder à l’installation tant et aussi longtemps que l’ancrage n’est pas fait, dit-il.

Bâtiment enclavé

Des protections de bétons ont été installées autour du Tim Hortons de Beauceville, mardi. [Le commerce] n'a pas de garde-fou sur le bord de la rivière. Ils ont voulu faire un mur, précise le maire Veilleux.

Le bâtiment qui abrite le IGA, une banque et la SAQ a également été protégé grâce à des panneaux isolants, selon lui.

Des murets de béton ont été installés autour d'un commerce, à Beauceville.

Des murets de béton ont été installés autour d'un commerce, à Beauceville.

Photo : Radio-Canada

Notre-Dame-des-Pins sur ses gardes

La municipalité de Notre-Dame-des-Pins, située à une dizaine de kilomètres de Beauceville, est pour sa part inquiète des conséquences de l’installation d’une estacade en amont des Rapides-du-Diable sur sa communauté.

Nous savons que les travaux commencent lundi. Nous ne sommes pas contre, mais nous voulons des garanties que cela ne nous impactera pas directement, affirme la mairesse Lyne Bourque.

Elle dit avoir reçu, la semaine dernière, des documents acheminés par Brian Morse qui expliquent l’impact du dispositif sur les environs.

Nous allons prendre le temps de les étudier et nous allons nous prononcer après, affirme-t-elle.

Brian Morse n’a pas répondu à notre demande d’entrevue.

À Beauceville, les inondations du printemps 2019, qualifiées d'historiques, ont endommagé environ 300 bâtiments.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Québec

Incidents et catastrophes naturelles