•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Liban : « consensus » de la communauté sunnite pour garder Hariri premier ministre

Samir Khatib et Saad Hariri sont assis confortablement dans des fauteuils et discutent dans un bureau.

Le premier ministre démissionnaire du Liban, Saad Hariri (droite), rencontre l'homme d'affaires Samir Khatib (gauche).

Photo : afp via getty images / ANWAR AMRO

Agence France-Presse

Le premier ministre libanais démissionnaire Saad Hariri bénéficie d'un « consensus » pour être reconduit à son poste, a indiqué un homme d'affaires pourtant pressenti ces derniers jours pour lui succéder, après une rencontre avec la haute autorité de l'islam sunnite du pays.

Le mufti de la République au Liban a expliqué dimanche à l'homme d'affaires Samir Khatib qu'il existait un « consensus » au sein de la communauté sunnite pour que Saad Hariri, qui a annoncé sa démission le 29 octobre sous la pression de la rue, conserve son poste.

Au Liban, pays secoué depuis le 17 octobre par un mouvement de contestation contre l'intégralité d'une classe politique accusée de corruption et d'incompétence, le poste de premier ministre est occupé par un sunnite.

M. Hariri est considéré comme le principal représentant du camp politique sunnite dans ce pays multiconfessionnel, régi par un système politique censé garantir un équilibre entre les différentes communautés.

Reçu dimanche par Cheikh Abdellatif Deriane, M. Khatib a indiqué que ce dernier l'avait informé que les consultations au sein de la communauté sunnite traduisaient un consensus sur la nomination de Saad Hariri pour former le prochain gouvernement.

Samir Khatib et Cheikh Abdellatif Deriane sont assis l'un à côté de l'autre et se regardent, avec deux drapeaux en arrière-plan.

L'homme d'affaires Samir Khatib a rencontré dimanche le mufti de la République au Liban, Cheikh Abdellatif Deriane.

Photo : afp via getty images / ANWAR AMRO

Je vais me réunir avec le premier ministre Saad Hariri pour l'en informer, car c'est lui qui m'a proposé de former le nouveau gouvernement, a précisé M. Khatib lors d'une brève allocution à l'issue de sa réunion avec le mufti.

M. Hariri avait assuré fin novembre qu'il ne souhaitait pas diriger le futur gouvernement.

L'annonce est faite à la veille de consultations parlementaires que doit mener le président Michel Aoun, selon la Constitution, pour nommer le premier ministre.

Plusieurs noms de favoris au poste de premier ministre ont circulé ces dernières semaines, tous rejetés par la rue.

La candidature de M. Khatib avait également été froidement accueillie. Cet architecte de formation, vice-président d'une importante entreprise de bâtiment et de travaux publics, n'est pas impliqué en politique, mais il reste proche des cercles du pouvoir.

Les contestataires réclament une équipe de technocrates et d'indépendants qui ne seraient pas issus du sérail politique.

Si le président Aoun s'est dit ouvert à une équipe incluant des représentants de la contestation, il a proposé un gouvernement « technopolitique » avec des représentants des partis.

Le puissant Hezbollah chiite a, lui, balayé l'idée d'un gouvernement exclusivement formé de technocrates.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Politique internationale

International