•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La dénucléarisation n'est plus en négociation avec les États-Unis, dit Pyongyang

Kim Song est assis sur un fauteuil, derrière lui sont accrochés deux portraits; l'un de Kim Il-sung et l'autre de Kim Jong-il.

L'ambassadeur nord-coréen à l'ONU, Kim Song, avant une conférence de presse à New York, en octobre 2019

Photo : Reuters / Brendan McDermid

Reuters

La dénucléarisation n'est déjà plus un sujet de négociation avec les États-Unis et de longs pourparlers avec Washington ne sont pas nécessaires, a déclaré samedi l'ambassadeur de la Corée du Nord aux Nations unies.

Dans un communiqué, Kim Song affirme que le dialogue durable et substantiel réclamé par les États-Unis n'est qu'une manœuvre dilatoire liée au calendrier de la politique intérieure américaine, en référence à l'élection présidentielle de novembre 2020 aux États-Unis.

Nous n'avons pas besoin maintenant d'avoir de longues discussions avec les États-Unis et la dénucléarisation a déjà été retirée de la table des négociations.

Kim Song, ambassadeur nord-coréen

Le président américain Donald Trump et le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un se sont rencontrés à trois reprises depuis juin 2018, mais peu de progrès ont été enregistrés dans les discussions au sujet d'un démantèlement du programme nucléaire de la Corée du Nord en échange de concessions des États-Unis.

Les deux pays ont même renoué cette semaine avec la rhétorique hostile qui avait marqué l'année 2017 et la Corée du Nord a fait savoir qu'en l'absence de concessions américaines avant la fin de l'année, elle pourrait s'engager sur une voie nouvelle, ce qui pourrait signifier la reprise des tirs de missiles intercontinentaux ou des essais nucléaires.

Je serais surpris si la Corée du Nord agissait de manière hostile, a déclaré Donald Trump samedi au moment de quitter la Maison-Blanche pour la Floride.

[Kim Jong-un] sait que j'ai une élection qui arrive. Je ne pense pas qu'il veuille interférer avec ça, mais nous allons voir [...] Je pense qu'il aimerait voir quelque chose se passer. La relation est très bonne, mais il y a une certaine hostilité, cela ne fait aucun doute.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Politique internationale

International