•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La littérature jeunesse au centre du Salon du livre de Toronto

Un clown montre des livres.

Le Salon du livre de Toronto, orienté vers un public jeune, s'est tenu durant trois jours à la bibliothèque publique de référence de la ville.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Les organisateurs du 27e Salon du livre de Toronto dressent un bilan positif de l’événement qui misait cette année sur les jeunes lecteurs et leurs parents.

C'est super intéressant de lire différents livres. [...] Quand tu lis, c'est comme si tu allais dans un voyage dans le monde, se réjouit Anne-Marie Griffon du Bellay, une jeune de 9 ans venue participer à l’événement samedi. C’est intéressant et amusant.

J’aime lire. Il y a beaucoup d’amour dans les livres, renchérit sa grande sœur Elisabeth Griffon Du Bellay, 11 ans.

Deux jeunes filles dans un salon du livre.

Les deux jeunes lectrices Elisabeth (à gauche) et Anne-Marie Griffon Du Bellay.

Photo : Radio-Canada

Depuis sa création il y a 27 ans, le Salon du livre de Toronto peine a attiré un public adulte. Les organisateurs ont donc repensé leur stratégie dans l’espoir d’attirer un public plus jeune.

Le pari est réussi selon le président du conseil d’administration du Salon du livre de Toronto, Valéry Vlad.

On est content. [...] La demande des jeunes est extraordinaire. On a été obligé d'improviser une salle pour des ateliers parce qu'on n'avait plus de places. [...] On a même dû refuser des classes qui voulaient participer au Salon.

Un homme parle en entrevue dans un salon du livre.

Valéry Vlad assure que la nouvelle stratégie du Salon du livre de Toronto ne vise pas à délaisser les lecteurs adultes.

Photo : Radio-Canada

La littérature francophone en milieu minoritaire

Pour les familles, c'est aussi l’occasion de souligner l’importance de la littérature francophone au sein d'un milieu linguistique minoritaire, comme le souligne la mère des deux jeunes filles.

C'est continuer la langue française, la première langue de la famille. Découvrir de nouveaux livres et de nouveaux éditeurs et c'est vraiment un emplacement unique où il est important pour les enfants [...] de pouvoir rencontrer des gens, explique Christine Du Bellay.

Ça nous donne plus de choix que ce que l'on trouve en librairie. Ce n’est pas toujours évident de trouver ce que l’on aime, spécialement pour les enfants. Le salon a beaucoup de choix, rapporte aussi son conjoint, Daniel Du Bellay.

Une femme et un enfant consultent des livres dans un salon du livre.

Une trentaine d’auteurs francophones ont partagé leurs passions pour la littérature lors du Salon du livre de Toronto.

Photo : Radio-Canada

Une trentaine d’auteurs francophones ont partagé leurs passions pour la littérature avec les petits comme les grands.

Aurelien Dutin, un Français qui habite à Toronto, est venu avec son fils. Il déplore qu’il n’y ait pas beaucoup de librairies qui vendent des livres en français.

C’est vrai que c’est un peu un challenge [d’en trouver]. Je viens de France et c’est souvent quand on rentre en France qu’on les achète et qu’on les utilise ici, explique-t-il.

Il ajoute que le Salon lui permet d’avoir accès à des livres francophones canadiens qui ne se trouvent pas forcément en France.

C’est important de partager la culture, et qu’on puisse avoir accès à des livres en français, des BD, des romans, et lui faire accéder à ce monde francophone canadien, explique Aurelien Dutin.

Au cours des trois derniers jours, environ 6000 personnes ont visité ce Salon du livre de Toronto.

Les organisateurs de l'événement annuel souhaitent continuer à miser sur les jeunes francophones et francophiles et leurs parents au cours des prochaines années.

Avec les informations de Myriam Eddahia

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !