•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le nouveau Club de sport en fauteuil roulant de Gatineau est en mode recrutement

Sept athlètes en fauteuil roulant, ballon de basketball en main, réunis en demi-cercle autour de leur entraîneur en fauteuil roulant dans un gymnase.

La Ville de Gatineau accepte de prêter le gymnase de l'École du Bois Joli au Club de sport en fauteuil roulant de Gatineau.

Photo : Radio-Canada

Ismaël Sy

Devant une offre limitée d'activités physiques pour les personnes à mobilité réduite en Outaouais, Matthieu Parent, un ancien athlète paralympique, a fondé le Club de sport en fauteuil roulant de Gatineau (CSFRG). Leur première équipe en est une de basketball.

Auparavant, les athlètes avec un handicap désireux de pratiquer le basketball en fauteuil roulant devaient se rendre à Ottawa pour le faire. Mais depuis cet automne, la Ville de Gatineau prête le gymnase de l'École du Bois Joli au CSFRG, chaque samedi matin entre 9 h et 11 h — deux heures qui font toute une différence.

On est très limité, quand on a un handicap physique, dans nos choix d'activités. Ça donne la chance de bouger et de se sentir comme quelqu'un, confie Gilles Morin, un membre du club âgé de 56 ans.

L'organisation sportive embryonnaire a toutefois encore beaucoup de chemin à parcourir pour être à la hauteur de l'ambition de son président. Le CSFRG ne compte qu'une quinzaine de membres pour l'instant.

La difficulté, c'est de rejoindre les gens, parce qu'il n'y a pas d'associations, il n'y a rien à ce niveau-là. On ne peut pas aller cogner à une porte et dire "ah, tout le monde est là", s'exclame M. Parent en riant.

Matthieu Parent en entrevue dans un gymnase.

Matthieu Parent est président du Club de sport en fauteuil roulant de Gatineau.

Photo : Radio-Canada

Le défi financier est également bien réel : un fauteuil roulant adapté pour ce sport coûte habituellement entre 3000 et 7000 dollars. Le CSFRG doit donc emprunter ou louer des fauteuils à d'autres clubs d'Ottawa.

Retour à la source

Matthieu Parent est un ancien athlète de haut niveau. Il a notamment raflé la médaille de bronze lors des Jeux paralympiques de Sydney en 2000, dans l'épreuve 4 x 100 m à relais, en plus de poursuivre une carrière internationale en paracyclisme par la suite.

J'ai été aux Jeux paralympiques, mais c'est le basketball qui m'a amené dans le sport en fauteuil roulant.

Matthieu Parent, président et fondateur du CSFRG

Pour lui, il s'agit donc de redonner au sport qui lui a ouvert les portes du sport adapté, mais ce n'est qu'un début. L'ancien paralympien souhaite éventuellement initier les jeunes au paracyclisme, au pararugby et au « powerchair soccer ».

On part avec le basket, mais c'est que ça que ça s'appelle le Club de sport en fauteuil roulant, on vise les sports en général, précise M. Parent.

Une affaire de famille

Pour assurer la relève dans cette discipline sportive, l'ancien athlète paralympique a simplement dû se tourner vers son arbre généalogique. Même si elles n'ont aucun handicap, ses filles Charlie, 14 ans, et Alexie, 11 ans, ont eu la piqûre dès leur premier contact avec ce sport.

Un jour, mon père est allé à un entraînement et j'y ai été avec lui. Il y avait une chaise de libre, j'y ai été, j'ai joué un peu et j'ai aimé ça, raconte Alexie Parent.

Je trouve que c'est cool qu'ils acceptent des gens qui n'ont pas de handicap pour faire un sport adapté aux personnes à mobilité réduite, rajoute sa grande sœur Charlie.

La famille Parent souhaite d'ailleurs recruter d'autres adolescents prochainement afin de former une équipe qui pourra représenter l'Outaouais lors des prochains Jeux du Québec.

J'espère qu'il va y avoir des jeunes et des moins jeunes qui vont venir se joindre à nous pour essayer le basket en fauteuil roulant. On cherche beaucoup des gens qui ont un handicap déjà, conclut le père de famille.

Il y a une expression en anglais qui dit « shoot your shot », qui peut se traduire par « tente ta chance » — et c'est exactement le message que Matthieu Parent souhaite lancer aux personnes à mobilité réduite en Outaouais.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Ottawa-Gatineau

Parasports