•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Paniers de Noël : mission accomplie pour Moisson Montréal

Un contenu vidéo est disponible pour cet article
Élise Guilbault prend la pose dans un entrepôt de Moisson Montréal où sont confectionnés des paniers de Noël.

Le reportage de Rémi Authier

Photo : Radio-Canada / René Saint-Louis

Radio-Canada

Avec l’aide de plus de 200 bénévoles, Moisson Montréal a réussi, samedi seulement, à confectionner 5000 paniers de Noël. En tout, l’organisme va distribuer 20 000 paniers de Noël au cours du mois de décembre. Ils s’ajouteront à l’aide alimentaire qui est déjà distribuée chaque mois.

Les denrées qui seront distribuées seront du « luxe » pour certains. Mais par « luxe », Moisson Montréal fait référence à de la sauce pour les pâtes, ou encore de l’huile à cuisson, un produit qui ne se trouve pas souvent dans le garde-manger des personnes démunies. Il y aura aussi des biscuits et du café, qui est très en demande.

Les gens ne vont pas de gaieté de cœur dans les banques alimentaires, dit Richard Daneau, directeur général de Moisson Montréal. Les gens qui ont le plus recours aux banques alimentaires sont les personnes seules de 18 à 65 ans, qui sont surreprésentés. S’ils y vont, c’est qu’ils en ont besoin, ajoute-t-il.

La mobilisation d’aujourd’hui a permis de rassembler plus de 200 bénévoles dans une ambiance festive. De nombreux conseillers municipaux de l’île de Montréal étaient sur place. Une dizaine de députés de l’Assemblée nationale devaient aussi être présents, mais ils sont demeurés à Québec en raison de l'adoption par bâillon du projet de loi 34 sur les tarifs d'Hydro-Québec. Et des artistes comme Élise Guilbault, la porte-parole de Moisson Montréal depuis quatre ans, Marie-Chantal Perron ou sœur Angèle.

Soeur Angèle et Élise Guilbault dans les bras l'une de l'autre, au milieu de l'entrepôt de Moisson Montréal.

La porte-parole de Moisson Montréal, Élise Guilbault, en compagnie de soeur Angèle, lors de la confection de paniers de Noël le 7 décembre 2019.

Photo : Radio-Canada / René Saint-Louis

Les artistes ont le tirant d’eau que moi, je n’ai pas, que nos gens des relations publiques n’ont pas. Les artistes, qui apprécient ce qu’on fait, parce qu’ils viennent, parce qu’ils nous connaissent, sont capables d’interpeller la population et les corporations avec nous.

Richard Daneau, directeur général, Moisson Montréal

Pour sa part, Élise Guilbault remarque que le visage de la pauvreté a changé. Maintenant, il y a des étudiants qui ont des problèmes, des personnes âgées qui ne mangent pas à leur faim. Alors, il y a beaucoup de situations, la monoparentalité, la santé mentale bien sûr, il y a beaucoup de choses, les accidents de la vie.

L’aide alimentaire est essentielle pour bien des Montréalais, pour les aider à traverser des périodes difficiles, et ce, toute l’année. Moisson Montréal a vu une augmentation de 20 % des demandes pour les paniers de Noël au cours des deux dernières années. Il faut briser les idées préconçues sur les personnes qui y ont recours, croit Mme Guilbault.

Pour les gens dans le besoin, ça représente un pont. On comprend que les organismes communautaires comme les organismes privés ferment quelques jours pendant le temps des fêtes. Et la faim n’a pas de congé statutaire. La problématique de la faim à Montréal demeure aiguë.

Richard Daneau, directeur général, Moisson Montréal

Pour son bilan de la faim, Moisson Montréal a de bonnes nouvelles, puisqu’il y a une diminution des demandes d’aide alimentaire. Son directeur général l’explique par la baisse du taux de chômage et du nombre de prestataires de l’aide sociale.

Plus tôt cette semaine, lors de la Guignolée des médias, beaucoup de denrées et d’argent ont été recueillis, mais les résultats ne seront pas dévoilés avant le 24 décembre, moment où prendra fin la campagne.

Avec les informations de René Saint-Louis

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !