•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un tournoi mémorable de génération en génération

Le tournoi de hockey mineur de Baie-Comeau fête son 60e anniversaire.

Photo : Radio-Canada / Benoit Jobin

Radio-Canada

Le 60e Tournoi de hockey mineur de Baie-Comeau se tient cette fin de semaine sur les quatre glaces de la ville. Certains jeunes joueurs des premières années sont maintenant des pères et des grands-pères qui applaudissent les jeunes à partir des gradins.

Bienvenue au cœur de l'un des plus vieux tournois de hockey du Québec. Après 60 ans d'existence, le Tournoi de hockey mineur de Baie-Comeau a vu des dizaines de milliers joueurs s'affronter sur la patinoire.

Parmi eux, on retrouve l'ancien joueur professionnel Fernand Leblanc, le président d'honneur du tournoi. Même après une brillante carrière sportive chez les Red Wings de Détroit et en Suisse, son passage au tournoi reste marqué dans sa mémoire.

Ça remonte quand même à plusieurs années, mais nous, c'était dans l'ancien centre récréatif et dans ce temps-là, ils arrêtaient l'école pour le tournoi, donc c'est quelque chose qui était extrêmement important, se souvient-il.

Un homme dans une vestiaire de hockey.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Fernand Leblanc, ancien hockeyeur professionnel

Photo : Radio-Canada / Benoit Jobin

On passait notre fin de semaine à l'aréna, soit à jouer, soit à regarder les autres plus vieux que nous pour essayer de les imiter, ajoute M. Leblanc.

Comme beaucoup d'autres garçons de son âge, Fernand Leblanc attendait le tournoi avec impatience quand il était petit.

C'était bien avant l'arrivée d'une équipe de hockey junior à Baie-Comeau. Les amateurs profitaient donc de l'événement pour voir des matchs et vivre leur passion.

Je pense qu'un tournoi de hockey, c'est extraordinaire. C'est de la fébrilité. C'est d'être avec tes copains, partager, voir la foule, compter des buts, se faire applaudir. Les hot-dogs sont meilleurs, les frites sont meilleures, tout est meilleur, dit-il.

Histoire de famille

L'excitation est toujours aussi grande chez les jeunes d'aujourd'hui. Benjamin Gauthier et ses coéquipiers des Vikings atome A s'apprêtent à disputer leur premier match du tournoi. Ils affronteront les Prédateurs de la Haute-Côte-Nord.

Je suis un peu excité, comme tous les autres tournois que j'ai faits. C'est comme un peu normal, même les joueurs de la Ligue nationale aussi des fois ils sont stressés, dit le jeune sportif.

Il n'est pas le seul Gauthier à l'aréna. Son père Frédéric et son grand-père Jean ont tous deux participé à ce tournoi dans le passé.

J'ai été trempé dedans très jeune. Notre mère nous a amenés à jouer au hockey. Elle était très intensive à part de ça! Sur le bord de la bande, elle nous encourageait terriblement, se rappelle Jean Gauthier.

Frédéric Gauthier, lui, est membre du comité organisateur du Tournoi de hockey mineur de Baie-Comeau.

Un fils et son père dans les gradins d'un aréna.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Frédéric et Jean Gauthier.

Photo : Radio-Canada / Benoit Jobin

J'ai déjà joué au tournoi, de novice à midget. J'ai fait tout mon hockey mineur à Baie-Comeau, donc je connais ce tournoi-là beaucoup. J'ai joué, fait une ouverture officielle, salle comble. Je m'en rappelle comme si c'était hier. C'est impressionnant quand t'es un petit cul. Tu rentres, ça crie, ça applaudit. C'est des beaux souvenirs que j'ai du tournoi, étant jeune, relate le père qui passe maintenant le flambeau à son fils Benjamin.

Beaucoup de parents ont autant de plaisir que leur enfant, même s'ils restent derrière la baie vitrée. Certains se remémorent l'époque où ils étaient eux-mêmes sur la glace.

Je suis très fier, juste, de un, qu'ils fassent du sport. Je suis très content d'eux. Puis s'ils peuvent justement avoir les feelings que j'ai eus, de gagner en amis un événement sportif, c'est des souvenirs incroyables. La fébrilité, les liens qui se forment après ça, c'est inoubliable, poursuit Frédéric Gauthier.

Chez les Leblanc aussi le hockey s'est transmis de père en fils. Fernand Leblanc a vu son fils Robin jouer dans ce tournoi, puis devenir un athlète professionnel à son tour.

Selon lui, le hockey s'est transformé avec le temps, mais le sport reste toujours aussi enrichissant.

Oui, ça a beaucoup changé, parce que là, t'as l'équipement qui est amélioré, t'as le coaching qui est amélioré. Mais il reste toujours que le plaisir de jouer dans un tournoi de hockey mineur, ça va toujours être la même chose pour tout le monde. C'est la fébrilité, c'est la joie, c'est la passion de jouer, d'embarquer sur la glace et de voir tous les spectateurs. Ça, ça ne changera jamais, peu importe l'équipement que tu as, affirme Fernand Leblanc.

Un tournoi de grande envergure

Une centaine de matchs seront disputés durant le tournoi sur les quatre patinoires de la ville.

Les équipes sont venues du Saguenay-Lac-Saint-Jean, de la Haute-Côte-Nord et même de Fermont et de Havre-Saint-Pierre pour l'occasion.

Au total, 13 catégories de joueurs font partie de la compétition, allant des novices de 5 ans aux midgets de 17 ans.

C'est 72 équipes, 11 municipalités ou régions représentées. C'est plus de 200 bénévoles. C'est 800 joueurs et plus. 200 entraîneurs et gérants, gérantes, énumère Frédéric Gauthier.

Les organisateurs et les bénévoles mettent temps et effort pour que tout fonctionne. Et les parents aussi. Ils ne comptent plus les heures passées à l'aréna.

Qu'est-ce qu'on ferait pas pour nos enfants?, demande en riant Véronique Aubin, la mère d’un jeune joueur.

Je l'accompagne parce que ça me fait plaisir en même temps. C'est beau de les voir s'accomplir dans un sport aussi, explique-t-elle.

Il était excité. Écoute, ça tient pas en place. Il avait peur qu'on oublie d'aller le chercher à l'école. C'est vraiment la fébrilité. Un tournoi, c'est un tournoi, puis en plus de jouer ici sur la glace du Drakkar, c'est quelque chose aussi, ajoute-t-elle par rapport à son fils.

Les organisateurs espèrent voir les arénas de Baie-Comeau remplis cette fin de semaine.

Avec la foule derrière eux, les centaines de jeunes joueurs auront l'occasion de se dépasser toute la fin de semaine pour créer des souvenirs qui leur resteront en tête encore longtemps.

Avec les informations de Marlène Joseph-Blais

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Côte-Nord

Hockey mineur