•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Pannes de métro de plus en plus fréquentes : « Une légende urbaine », dit la STM

Une rame de métro passe, tandis que des usagers attendent sur le quai.

Au cours des sept dernières années, 2019 est celle qui a connu le moins de pannes de métro de plus de cinq minutes.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Radio-Canada

L’année 2019 sera celle où les interruptions de service de plus de cinq minutes dans le métro auront été les moins nombreuses au cours des sept dernières années, assure le président de la Société de transport de Montréal (STM), Philippe Schnobb.

C’est ce que ce dernier a affirmé vendredi matin devant la Commission des finances de l'agglomération de Montréal, lors de la présentation de son budget.

Selon M. Schnobb, la performance du métro de Montréal n’a rien à envier aux autres métropoles du monde. Et croire que le nombre de pannes augmente, c'est croire à une légende urbaine.

Non seulement il y a moins de pannes que l'année dernière, mais moins que dans la  moyenne des métros comparables à travers le monde, dit-il.

Depuis 2012, la STM calcule le nombre d'interruptions de service de plus de 5 minutes par million de kilomètres parcourus par le métro. Selon cette estimation, en 2019, de janvier à octobre, on a recensé 10 de ces pannes pour chaque million de kilomètre parcouru.

La STM estime que ses wagons de métro rouleront 90 millions de kilomètres en 2019. Ainsi, si la tendance des pannes se maintient, cela signifie que 900 pannes de plus de cinq minutes auront eu lieu en 2019, soit une moyenne de 2,5 pannes par jour.

En 2018, 12,2 pannes par million de kilomètres avaient été recensées. Cette année-là, 88,8 millions de kilomètres ont été parcourus par le métro. La moyenne des pannes de plus de cinq minutes avait donc été de 3 par jour.

De la planche à roulettes au sac de couchage

Toujours selon Philippe Schnobb, les arrêts de service du métro sont trop souvent provoqués par les usagers, notamment parce qu’ils échappent des objets sur les voies ou qu’ils bloquent les portes des wagons.

Dernièrement, ce qui était populaire, c'était les planches à roulettes. Il y en a eu plusieurs dans les dernières semaines. Hier, un sac de couchage. Vous seriez surpris de voir la liste qu'on voit tous les matins de tout ce qui a été échappé sur la voie, remarque-t-il.

Il faut travailler sur les gens qui bloquent les portes, qui pensent que c'est des portes d'ascenseur, pas des portes de métro, puis qui décident de se faufiler, puis ça finit par retarder l'embarquement, souligne-t-il aussi.

La STM prévoit commencer à déployer l'an prochain des afficheurs électroniques aux entrées du métro pour indiquer l'état du service.

Avec des informations de Benoît Chapdelaine

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Grand Montréal

Transport en commun