•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'UQAR se souvient du drame de Polytechnique

Une vingtaine de personnes écoutent une femme prendre la parole.

Une cérémonie à la mémoire des victimes du féminicide de Polytechnique a eu lieu à l'UQAR vendredi soir.

Photo : Radio-Canada / Denis Leduc

Radio-Canada

Une cérémonie pour commémorer les 14 femmes victimes de la tuerie de Polytechnique a eu lieu vendredi en début de soirée à l’Université du Québec à Rimouski (UQAR).

Devant une foule silencieuse, la présidente du Regroupement des étudiants en génie de l'UQAR, Marie Senneville, a dit combien le rappel de ces événements était douloureux pour elle. La jeune femme a insisté sur l’importance de se souvenir de tels événements pour que l'avenir soit différent.

Il y a 30 ans, 14 femmes à l’avenir prometteur sont disparues. Elles n’ont pas pu accomplir leur rêve, participer au monde.

Marie Senneville, présidente du Regroupement des étudiants en génie de l'UQAR

Présente pour la cérémonie, une ancienne vice-doyenne adjointe de l'UQAR, Marielle Cantin, a témoigné de la tristesse qui avait gagné le campus universitaire dans les jours qui ont suivi ce drame en décembre 1989.

C’était comme si on nous avait enlevé quelque chose qu’on avait acquis et qui était fragile.

Marielle Cantin, ancienne vice-doyenne adjointe de l'UQAR

Des faisceaux qui traversent le pays

La projection d’un faisceau lumineux visait à rappeler la mémoire des victimes de cette tuerie survenue il y a 30 ans.

Deux personnes de dos regardent vers le ciel pour voir le faisceau.

Un faisceau de lumière bleue était visible vendredi soir dans le ciel au-dessus de l'Université du Québec à Rimouski.

Photo : Radio-Canada / Denis Leduc

13 autres universités offrant des programmes de génie ailleurs au Canada ont fait de même alors que14 faisceaux du genre étaient visibles dans le ciel de Montréal.

Avec les informations de Denis Leduc

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Bas-Saint-Laurent

Crime haineux