•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Incendie criminel à Louvicourt : un témoin allègue avoir incendié le restaurant à la demande de l’accusée

Le Palais de justice de Val-d'Or

Le Palais de justice de Val-d'Or (archives)

Photo : Radio-Canada / Angie Landry

Thomas Deshaies

Un citoyen de Lac-Simon a témoigné vendredi dans le cadre du procès de Marie-Lyne Plourde, accusée d’avoir comploté en vue d’incendier en 2003 le restaurant l’Étoile du Nord, à Louvicourt.

L’homme a affirmé sous serment avoir mis le feu au restaurant, en compagnie de deux complices, en échange d’un montant de 3000 $ qui aurait été offert par l’accusée, Marie-Lyne Plourde.

Il a expliqué au tribunal avoir lui-même répandu du « gaz » à l’intérieur du restaurant et que l’incendie aurait été amorcé à l’aide d’une fusée routière. Le lendemain, elle [Marie-Lyne Plourde] a demandé d’aller au restaurant (l’Orée des bois) pour le 3000 $, a-t-il déclaré à la cour.

Le témoin soutient que l’accusée a demandé à son ami de commettre le crime. Ce serait cette autre personne qui aurait reçu l’argent de Mme Plourde pour ensuite en assurer la redistribution.

Il a expliqué au tribunal avoir rédigé une lettre d’aveu en compagnie de la propriétaire du restaurant l’Étoile du Nord, Solange Bédard Martin, en 2011. Une lettre qui aurait été donnée à l’avocat de Mme Martin, à condition qu’elle ne soit pas divulguée. Il aura toutefois fallu attendre plusieurs années avant qu’il accepte de donner plus de précisions sur la manière dont il aurait procédé.

Il a justifié son aveu par un sentiment de culpabilité quant aux dommages causés par son geste. J’avais des remords par rapport au restaurant, a-t-il déclaré à la cour. C’était pour me vider le cœur.

Son témoignage a eu lieu dans le cadre d’un débat sur l’accès ou non aux aveux écrits par toutes les parties. Mme Plourde était visiblement agacée par les propos du témoin, verbalisant discrètement sa désapprobation à au moins une reprise.

Le procès qui a débuté en février 2019 se poursuivra en février 2020.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !