•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Analyse

Cannabis : des profits pour la SQDC… et dans le marché noir!

La porte d'une succursale de la SQDC, sur laquelle sont affichées les heures d'ouverture.

La SQDC a réalisé des ventes de plus de 63 millions de dollars au 2e trimestre.

Photo : Radio-Canada / Daniel Coulombe

Il y a un malaise à parler des profits de l’industrie du cannabis, de croissance, d’expansion, de prospérité pour ce secteur. La préoccupation quant aux effets de la légalisation sur la santé publique est prioritaire. Avec raison d’ailleurs. N’empêche, une industrie se développe, et la Société québécoise du cannabis annonce déjà des profits.

Au cours du deuxième trimestre de 2019-2020, la Société québécoise du cannabis (SQDC) a enregistré un profit net de 5 millions de dollars sur des ventes de plus de 63 millions de dollars. Depuis le début de l’exercice financier, les ventes s’élèvent à 109 millions de dollars.

Dans son communiqué, la SQDC souligne dès son premier paragraphe que les profits dégagés seront réinvestis notamment en prévention et en recherche en matière de cannabis. La Société continue ainsi de générer de la valeur, tel que prévu, tout en accomplissant sa mission d'éducation et de protection de la santé en intégrant progressivement les consommateurs au marché licite du cannabis.

Dans le même ordre d’idée, le ministre de l’Économie du Québec, Pierre Fitzgibbon, disait, fin novembre, au moment de l’annonce par le gouvernement Legault de son intention d’investir dans le cannabis médicinal : Regarder l'industrie du cannabis uniquement dans un contexte de développement économique, je pense que c'est une erreur.

C’est vrai. Mais, dans les faits, si c’est la santé qui compte, l’encadrement serré et les restrictions gouvernementales encouragent davantage le marché noir, selon Sylvain Charlebois, professeur à l'Université Dalhousie. On stimule le marché noir dans le fond, nous a-t-il dit à RDI économie, lundi. On en parle, c’est dans les médias, le produit est légal. Les produits illégaux s’entremêlent avec un marché où le cannabis est légal. C’est plus facile pour le marché noir de s’adapter et de vendre un produit qui est plus attrayant. Le produit qui émane du marché noir est moins cher et est de meilleure qualité aujourd’hui qu’avant octobre 2018.

Le défi pour l’industrie, affirme Sylvain Charlebois, c’est l’accès au marché, qui demeure complexe. Mais, avec le temps, selon l’expert, une fois que le marché gagne en maturité, j’ai l’impression que les choses vont se simplifier pour les entreprises qui veulent, comme ça, commercialiser des produits comestibles, parce que le marché noir vaut à peu près 5 à 6 milliards de dollars et il faut l’éliminer. Le marché légal représente environ 1 à 2 milliards de dollars.

Le cannabis représente une nouvelle source de revenus pour l’État, qui ne va que grandir avec le temps. La SQDC affirme que les revenus gouvernementaux - avec les taxes à la consommation et les droits d’accise - atteignent 17 millions de dollars au deuxième trimestre, et près de 30 millions depuis le début de l’exercice.

La Société québécoise du cannabis est en voie d’atteindre l’objectif de profits fixé par le gouvernement, qui est de 20 millions de dollars en 2019-2020. La SQDC a déjà remboursé, avec intérêts, la dette de 14,5 millions de dollars contractée auprès de la Société des alcools du Québec.

Si la SQDC trouve assez rapidement sa stabilité, l’industrie s’attendait à une croissance plus rapide en 2019. Les projections des entreprises étaient ambitieuses. Les actionnaires ont été déçus. Les titres ont chuté en bourse et des projets d’investissement ont été reportés à plus tard.

Selon Sylvain Charlebois, les lents changements réglementaires vont permettre au marché noir de maintenir une part de marché substantielle au fil du temps. Il est d’avis qu’il faudra attendre 2028 pour voir le marché licite dépasser le marché illégal du cannabis.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !