•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les Métallos tirent la sonnette d’alarme après un troisième décès de signaleur routier

Un signaleur routier.

L’Association des travailleurs en signalisation routière du Québec déplore l’impatience, l’imprudence et la méconnaissance de la signalisation sur les chantiers par les automobilistes.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

La mort d'une signaleuse routière jeudi, happée par un véhicule à Saint-Paul-de-l'Île-aux-Noix, en Montérégie, inquiète le Syndicat des Métallos. Le décès de la femme de 54 ans est le troisième décès en moins de deux mois.

Il y a plus d'accidents qu'à l'habitude dans le domaine de la signalisation routière, note Patrick Pellerin, président de la section locale 8922 des Métallos.

En entrevue à Radio-Canada, Jean-François Dionne, président de l’Association des travailleurs en signalisation routière du Québec, déplore l’impatience et l’imprudence des automobilistes sur les chantiers ainsi que leur méconnaissance de la signalisation.

M. Dionne brandit l’image d’une remorque censée protéger les signaleurs sur les chantiers routiers comme solution afin de préserver des vies.

Au lieu de frapper le signaleur, ils [les véhicules] vont frapper la remorque […] ça va devenir juste une perte matérielle au lieu d’un accident mortel.

Jean-François Dionne, président de l’Association des travailleurs en signalisation routière du Québec
Schémas d'une remorque censée protéger les signaleurs routiers.

Pour Jean-François Dionne, cette « remorque » pourrait protéger les signaleurs sur les chantiers routiers.

Photo : Radio-Canada

Le gouvernement du Québec attend toujours qu’il arrive quelque chose avant de réagir et c’est le temps de réagir, insiste Jean-François Dionne.

Le président de l’Association des travailleurs en signalisation routière du Québec s’adresse également à la Commission des normes, de l'équité, de la santé et de la sécurité du travail (CNESST), qui selon lui, ne bouge pas.

Pourquoi la CNESST n’a jamais fait de rapport et dit on arrête tous les travaux […] on va étudier et voir où le problème?, s’interroge M. Dionne.

On attend quoi? Dix morts avant de réagir, à la CNESST?

Jean-François Dionne, président de l’Association des travailleurs en signalisation routière du Québec

Plus de chantiers, moins d’attention

Selon Patrick Pellerin, le nombre de chantiers constamment en augmentation a contribué à modifier le comportement des automobilistes.

Les gens, les premières années il y a 10 ans, quand on a commencé à voir des cônes, portaient une attention particulière, mais les choses ont changé, dit-il.

Il y a des chantiers qui ne sont pas en fonction et il y a des cônes; deux mois avant qu'un chantier ouvre, ils ont commencé à mettre des cônes. Il y en a partout, constate-t-il.

Les automobilistes les remarquent à peine, remarque M. Pellerin.

Avec les informations de La Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Grand Montréal

Prévention et sécurité