•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le compostage encore peu populaire chez les commerçants de Rouyn-Noranda

Une main pousse des retailles de légumes d'une planche à découper dans une chaudière, dans une cuisine de restaurant.

Les restaurateurs de Rouyn-Noranda qui choisissent de faire du compost le font à leurs frais, puisque la Ville ne fait pas la collecte des commerces.

Photo : Radio-Canada / Piel Côté

Piel Côté

À Rouyn-Noranda, la collecte résidentielle de compost débutera en janvier prochain dans le secteur urbain. Pour ce qui est des commerçants, ils ne sont que cinq à Rouyn-Noranda à voir leur compost être collecté de façon hebdomadaire.

L'entreprise Multitech Environnement soutient que la desserte commerciale est pourtant offerte depuis avril 2017. Une offre de service confirmée par la Ville de Rouyn-Noranda.

Il y a plein d'entreprises qui ont la disponibilité, l'espace nécessaire, mais qui ne veulent pas embarquer, lance le président de Multitech Environnement, Stéphane Leduc.

S’il y avait vraiment une demande, nous pourrions discuter avec la Ville et développer une collecte. En ce moment, nous ne voyons pas l’intérêt d’essayer de développer de nouvelles technologies et de nouveaux types de collectes s'il n’y a pas d’obligation de la part de la Ville et si nous n’avons pas l’apport des commerçants, ajoute M. Leduc.

Ce manque de popularité auprès des commerçants peut être expliqué de plusieurs façons. La première est qu’il n'existe qu'un seul moyen d'être desservi par la collecte hebdomadaire de compost, confirme le président de Multitech Environnement, Stéphane Leduc.

La seule option disponible pour l'instant est une collecte avec un conteneur en métal à chargement frontal. C'est tout ce qui disponible en ce moment pour le commercial.

Il est donc impossible pour les commerces d’utiliser les bacs bruns de plastique pour mettre leur compost, car celui-ci ne serait pas ramassé. Le manque d'espace peut donc être un frein au compostage commercial, puisque les commerçants doivent avoir l’espace pour le conteneur, mais encore davantage puisque le camion doit avoir suffisamment de place pour faire la collecte.

Un bac brun sur le bord d'une rue dans un quartier résidentiel.

Le compost résidentiel débutera en janvier prochain. (archives)

Photo : Radio-Canada / Piel Côté

Plusieurs entreprises contactées ignorent complètement le fait que Multitech Environnement offre la desserte commerciale depuis avril 2017. Seulement cinq entreprises ont un contrat avec eux, souligne le président Stéphane Leduc. La desserte se fait via une entreprise privée, donc c'est à elle de bien se faire connaître, soutient la coordonnatrice des matières résiduelles de la Ville de Rouyn-Noranda, Marie-Josée Bart.

Être bien rodé

La Ville de Rouyn-Noranda répond que la loi québécoise n’oblige pas les entreprises à composter et avant de lancer le compostage commercial, on voulait que le compostage résidentiel soit bien rodé.

Ça nous prenait un point de départ, explique Marie-Josée Bart. On a commencé avec le groupe-témoins dans le quartier de Lac Dufault et on va compléter l’an prochain avec une bonne partie du secteur résidentiel et dans une autre phase, on va impliquer les multilogements et le commercial ainsi que l’industriel.

Lorsque la Ville étudiera la mise en place du compost commercial, les gens d’affaires du centre-ville pourraient possiblement partager des conteneurs ou un point de chute commun pourrait être installé par la Ville, suggère Mme Bart.

Cinq entreprises mettent l’épaule à la roue

Au restaurant Pizzé, qui vient de lancer officiellement son compost, ce seront 15 tonnes de déchets par année qui sont détournées de l'enfouissement.

Ça vaut vraiment la peine, ce n'est même pas une question que nous nous sommes posée. La question qu'on se posait est comment le faire, mais on voulait faire du compost depuis toujours et ça devrait devenir naturel pour tous les restaurateurs de le faire, mentionne la copropriétaire, Véronique Gabrysz.

Une femme sourit derrière un bar.

Véronique Gabrysz, copropriétaire du Pizzé, du Groove, de l'Hôtel Albert et de l'hôtel DeVille.

Photo : Radio-Canada / Piel Côté

La coordonnatrice en ressources humaines du Pizzé, Sandra Fournier, note que certains employés ont dû ajuster leurs méthodes de travail, mais de façon générale, son équipe a bien intégré cette tâche supplémentaire.

Dans les autres entreprises qui font le compostage, il y a le restaurant le St-Honoré, le IGA Julien, l’écocentre Arthur-Gagnon et la Maison des Viandes. Le restaurant Chez Oeufs faisait aussi le compost, mais on a laissé tomber le procédé pour l’instant, car les camions de Multitech avaient du mal à faire la levée frontale via la ruelle.

Le Témiscamingue, premier de classe

Ailleurs dans la région, Le Témiscamingue aura été le secteur le plus avant-gardiste de la région, puisque l'on collecte le compost commercial depuis 2011.

Dans la MRC de la Vallée-de-l’Or, on aimerait implanter le compost commercial à l’automne 2021, mais il se pourrait bien que les commerçants doivent patienter jusqu’en 2022.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Abitibi–Témiscamingue

Environnement