•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Aucun bénéfice à laisser en marche des moteurs diesel, confirment des experts

Deux camions de déneigement stationnés au centre-ville de Rouyn-Noranda.

Les camions de déneigement sont restés en marche tout au long de la pause déjeuner des employés.

Photo : Radio-Canada / Jean-Marc Belzile

Jean-Marc Belzile

Deux experts assurent qu'il n'y a aucun avantage à laisser un véhicule lourd en marche pendant près d'une heure en hiver. Ils estiment au contraire qu'ils peuvent briser davantage lorsqu'ils tournent au ralenti.

Le professeur au programme d'études mécaniques de véhicules lourds au CFP La Sarre, Marco Bisson, croit qu'il s'agit simplement d'une question de confort pour les conducteurs.

C'est une légende urbaine, la mentalité d'après moi de plusieurs opérateurs c'est de dire "on va rentrer dedans c'est plus confortable, le moteur va être plus prêt à travailler".

Marco Bisson, enseignant en mécanique de véhicules lourds

Mercredi, Radio-Canada révélait que plusieurs déneigeurs à Rouyn-Noranda laissaient le moteur de leur véhicule en marche pendant leur pause de près d'une heure. De nombreux internautes ont alors pris leur défense sur les réseaux sociaux en affirmant que c'était essentiel pour éviter les bris mécaniques.

Marco Bisson affirme que c'est pourtant le contraire. Il y a beaucoup plus de risques de bris quand le moteur tourne au ralenti pendant une longue période.

C'est reconnu depuis des années qu'un moteur qui roule au ralenti va user pas mal plus que quand il travaille. Un moteur diesel est fait pour se refroidir, parce qu'il est fait pour travailler fort, donc un moteur diesel quand on le laisse rouler au ralenti et qu'il ne travaille pas, le problème qu'il y a c'est que le système est tellement performant au niveau du refroidissement, le moteur refroidit plus que ce qu'on veut, donc il devient trop froid, explique-t-il.

En se tenant trop froides, les pièces n'ont pas une température de fonctionnement adéquate, donc là on va se mettre à avoir des problèmes d'usure anormale dans le moteur

Marco Bisson

Toujours arrêter le moteur

Le commerce Cummins à Val-d'Or est spécialisé en vente de véhicules lourds. Le gestionnaire des opérations Gabriel Leblond assure qu'il recommande même à ses clients de toujours arrêter le moteur.

On a beaucoup d'alternatives qui existent aujourd'hui, dont un produit nommé Webasto. C'est un produit qui réchauffe le moteur avec la clé fermée, le moteur pas en marche, alors le conducteur quand il arrive, il est déjà chaud, ajoute Gabriel Leblond.

Quand on démarre le moteur, de toute façon, en quelques secondes ou minutes après avoir démarré, aussitôt qu'on va travailler, il va atteindre une température adéquate de fonctionnement, donc tout le temps qu'on a laissé tourner ce moteur, tout ce qu'on a consommé c'est du carburant, ce qu'on a fait aussi c'est de solliciter des composantes moteur qui normalement auraient été au repos, ajoute Marco Bisson.

Les systèmes antipollution qui ont été ajoutés aux véhicules lourds depuis 2010 font aussi en sorte qu'il vaut mieux ne pas faire tourner un moteur au ralenti.

Les composantes de système antipollution d'aujourd'hui, si tu ne les fais pas travailler, si elles ne sont pas à une bonne température de fonctionnement, et bien il travaille plus fort et en plus il est inefficace, donc on les use inutilement, alors l'idée de l'arrêter c'est de ne pas solliciter ces composantes quand ils ne travaillent pas, affirme Marco Bisson.

Un tracteur de type Bobcat avec une pelle à l'avant stationné au centre-ville de Rouyn-Noranda.

Petits et gros véhicules de déneigement sont laissés en marche pendant que les déneigeurs prennent leur pause repas.

Photo : Radio-Canada / Jean-Marc Belzile

Une légende urbaine

Ces deux experts s'expliquent mal pourquoi ce mythe est perpétué de génération en génération. C'est une ancienne mentalité où on ne se préoccupait pas de la pollution puis le conducteur ne voulait pas avoir froid et il pensait qu'un moteur chaud c'était moins dur que de l'arrêter et de le repartir, ce qui n'est pas le cas du tout aujourd'hui, affirme Gabriel Leblond.

Les gens ont un peu de difficulté à changer leur mentalité. On arrive en 2020 et on se rend compte qu'encore aujourd'hui, ce n'est pas acquis. Moi je donne de la formation notamment sur les systèmes antipollution puis on en parle beaucoup, mais je te dis que ce n'est pas encore inculqué dans la mentalité des gens. Les vieux conducteurs viennent par la bande à bout de convaincre les jeunes conducteurs de laisser rouler les moteurs, même si ce n'est pas adéquat et ça finit qu'on reprend toujours le même cycle de problématique, conclut Marco Bisson.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Abitibi–Témiscamingue

Pollution