•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Huttopia retire son projet de camping sur l'île d'Orléans

Le terrain de la pointe d'Argentenay vu du haut des airs

L'entreprise française Huttopia souhaite louer 21,7 hectares de terrain de la pointe d'Argentenay.

Photo : Coalition citoyenne pour la sauvegarde de la Pointe d'Argentenay

Le projet de camping de luxe qu'envisageait l'entreprise française Huttopia, sur l'île d'Orléans, est abandonné. Une « décision d'affaires » prise alors que les délais s'allongent, six ans après le début des premières démarches.

L'information obtenue de diverses sources a été confirmée vendredi par Raymond Desjardins, promoteur du projet et ancien dirigeant de la Société des établissements de plein air du Québec.

Espaces de villégiature Huttopia, propriété de M. Desjardins en partenariat avec l'entreprise française, n'a pas renouvelé son entente avec les Scouts du District de Québec.

Afin d'avancer le projet, les parties s'étaient mises d'accord sur un bail emphytéotique d'une durée de 50 ans qui aurait permis à Huttopia d'aménager son site de villégiature sur les terrains appartenant aux scouts.

Nous avons signifié à nos partenaires qu’on n'avait pas l’intention de poursuivre dans les conditions actuelles, a fait savoir M. Desjardins.

Une habitation au site Huttopia de Sutton, au Québec

Une habitation type d'un village Huttopia

Photo : Huttopia

Ces conditions actuelles sont multiples. D'une part, le dossier traîne toujours à la Commission de protection du territoire agricole du Québec.

En vertu du zonage, Huttopia aurait eu besoin d'une approbation de la Commission pour obtenir le droit d'utiliser les terrains pour un usage autre qu'agricole. Après des audiences tenues plus tôt cette année, le dossier est toujours en analyse.

S'ajoutent des études de foresterie et environnementales, ainsi que des démarches auprès du ministère de la Culture et des Communications du Québec, l'île d'Orléans étant un site patrimonial.

Les délais se sont vraiment accumulés et ça devient problématique.

Raymond Desjardins, promoteur du village Huttopia

Nous, pendant ce temps-là, on continue d'injecter des fonds et on continue à faire des études, des analyses. Il y a des coûts rattachés à ça, a-t-il ajouté.

Le village de la pointe d'Argentenay aurait notamment compté 95 tentes de type bois et toile, dont 75 auraient été munies d'une salle de bain. Une piscine chauffée, un comptoir restaurant, un service de bar, un mini-dépanneur, une terrasse ainsi qu'une aire de jeux pour enfants étaient aussi dans les plans.

S’ajoutaient les résidences du personnel, l’aqueduc, un système de traitement des eaux usées et des stationnements.

Contestation citoyenne

D'autre part, un groupe de citoyens s'est formé pour contester le projet. Ils ont déposé une poursuite contre la MRC de L'Île-d'Orléans, la municipalité de Saint-François-de-l'Île-d'Orléans ainsi que les Scouts du District de Québec.

La Coalition citoyenne pour la sauvegarde de la pointe d'Argentenay allègue que le village Huttopia contreviendrait à la réglementation municipale. Les citoyens craignaient également une coupe d'arbres trop importante.

Raymond Desjardins, qui salue la collaboration de la MRC et des scouts dans le dossier, se garde de critiquer les citoyens, précisant qu'ils ne sont pas la cause centrale de cette « décision d'affaires ».

Le promoteur ne ferme pas la porte à revenir à la charge dans le futur. Nous sommes toujours convaincus que c’est un excellent projet, a-t-il répété à plusieurs reprises.

La MRC a préféré ne pas commenter la décision d'Huttopia.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !