•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La Saskatchewan rend hommage aux 14 victimes de Polytechnique Montréal

La Saskatchewan rend hommage aux 14victimes de Polytechnique Montréal

Karel Houde-Hébert

Un grand nombre de Canadiens se souviennent où ils étaient le 6 décembre 1989. Trente ans après la tuerie de Polytechnique Montréal, la Saskatchewan rend hommage aux 14 victimes de l'une des pires tueries qu'a connues le pays.

Plusieurs hommages et cérémonies sont prévus dans la province au cours de la journée pour se souvenir de ces 14 jeunes femmes, mais aussi des 13 autres personnes qui ont été blessées, sans compter tous ceux et celles qui ont été traumatisés par ce carnage.

La lutte contre la violence faite aux femmes et aux filles est la responsabilité de tous. Cette journée nous donne l'occasion de nous souvenir de celles qui ont perdu la vie à cause de la violence, de leur rendre hommage et de réfléchir à des moyens d’améliorer la situation, a souligné la ministre responsable de la Condition féminine, Tina Beaudry-Mellor.

Ce matin, des employés du YWCA de Regina ont remis des roses rouges aux passants du centre commercial Cornwall.

Quatre femmes qui tiennent des roses rouges dans leurs mains.

Les roses rouges symbolisent les femmes qui ont perdu la vie à cause de la violence fondée sur le genre.

Photo : Radio-Canada / Charles Lalande

À midi, l’Université de Regina a organisé une activité pour souligner la tragédie. Les noms des 14 victimes ont été lus à haute voix et une bougie a été allumée pour chacune d'elles. Des rubans blancs seront également distribués sur le campus tout au long de la journée. En soirée, les enseignes de l'université seront allumées en rouge pour rendre hommage aux victimes.

Il est crucial de continuer à rendre hommage à ces victimes et de ne jamais laisser le souvenir de ce terrible événement s'estomper.

Nilgun Onder, vice-présidente des études, Université de Regina

Bien que des progrès aient été réalisés en termes d’égalité des sexes dans l'éducation postsecondaire au cours des 30 années qui ont suivi cette tragédie, il y a encore du travail à faire pour rendre les campus universitaires canadiens sécuritaires et accueillants pour les femmes, a affirmé la vice-présidente des études à l’Université de Regina, Nilgun Onder.

Dans la soirée, le centre des femmes de l’Université de la Saskatchewan et le Saskatoon Women’s Community Coalition organisent une veillée en l’honneur des victimes. Ils présenteront par la suite le film Polytechnique, réalisé par Denis Villeneuve en 2009.

En Saskatchewan, comme dans le reste du Canada, tous les édifices et établissements gouvernementaux ont mis leurs drapeaux en berne pour la journée.

Contre la violence fondée sur le genre

Le 6 décembre est également la Journée nationale de commémoration et d'action contre la violence faite aux femmes. Celle-ci a été décrétée en 1991 par le gouvernement fédéral afin de souligner l’anniversaire de la mort de ces 14 jeunes femmes qui sont tombées sous les balles d'un homme aveuglé par sa haine des femmes.

Notre gouvernement s'est engagé à prendre des mesures pour faire en sorte que la Saskatchewan soit un endroit où les femmes peuvent vivre, travailler et aller à l'école sans avoir à craindre la menace de la violence, a pour sa part affirmé le ministre de la Justice de la Saskatchewan, Don Morgan.

En ce 6 décembre, la Saskatchewan se souvient de Geneviève Bergeron, Hélène Colgan, Nathalie Croteau, Barbara Daigneault, Anne-Marie Edward, Maud Haviernick, Maryse Laganière, Maryse Leclair, Anne-Marie Lemay, Sonia Pelletier, Michèle Richard, Annie St-Arneault, Annie Turcotte et Barbara Klucznik-Widajewicz, mais également de toutes les femmes et les filles qui ont perdu la vie à cause de la violence fondée sur le genre.

Avec les informations de Charles Lalande et Thilelli Chouikrat

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Saskatchewan

Égalité des sexes