•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Mort de « Madame M » en milieu carcéral : une enquête spéciale réclamée

Une femme vue de dos et à contre-jour pour préserver son identité.

« Madame M » a fui les États-Unis et un conjoint violent en compagnie de ses enfants en 2010.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Après le suicide de « Madame M » dans sa cellule de la prison Leclerc le mois dernier, des voix s’élèvent pour que le ministère de la Sécurité publique mène une enquête spéciale sur les conditions de détention des femmes dans cet établissement lavallois.

Dans une lettre, le Groupe G13, qui se veut une table de concertation réunissant 20 regroupements provinciaux et groupes féministes, estime que le système carcéral de la prison Leclerc est un facteur aggravant ayant poussé « Madame M » à mettre fin à ses jours.

« Madame M » était une mère de famille, réfugiée à Lac-Mégantic, en Estrie, depuis huit ans avec ses trois enfants pour les protéger de leur père violent, établi aux États-Unis. Elle était détenue en attendant son extradition.

Le groupe de féministes souligne qu’il s’agit du quatrième suicide à survenir dans cette prison en l’espace de deux ans, sans compter la dizaine de tentatives lors de cette même période.

C’est en tant que femme dans une société patriarcale que « Madame M » a enduré une double violence : la violence conjugale et la violence institutionnelle qui la menaçait d’un procès pour “enlèvement” alors qu’elle cherchait à protéger ses enfants, à défaut d’être protégée par les pouvoirs publics.

Gabrielle Bouchard et Gaëlle Fedida, pour le G13

Selon les membres du G13, le système pénal ne protège pas les personnes marginalisées qui ont été victimes de violence.

Réaction du ministère

En entrevue jeudi, la ministre de la Sécurité publique soutient que son gouvernement assure un suivi continu quant aux conditions de détention, particulièrement celles des femmes et que les « enquêtes adéquates seraient lancées ».

C’est un sujet qui me tient à coeur, que j’ai [à nouveau] abordé d’ailleurs dans la foulée du rapport du commissaire Viens, a précisé Geneviève Guilbeault.

Elle a ajouté que la mort de « Madame M » était un événement extrêmement tragique et que son ministère attendait les conclusions de l’enquête.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !