•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des changements dans l’attribution de la carte de santé du Manitoba inquiètent les immigrants

Les bras d'un médecin et de sa patiente discutant, assis à un bureau.

Avant les changements, une simple preuve de citoyenneté ou de résidence permanente suffisait pour obtenir une carte de santé.

Photo : iStock

Radio-Canada

Pour obtenir une carte d’assurance maladie du Manitoba, un demandeur doit désormais prouver qu’il vit dans la province en produisant des documents comme un bail ou une attestation d’employeur. Mais, pour certains nouveaux arrivants, de tels documents sont difficiles à obtenir rapidement, ce qui nuit à leur capacité à obtenir des soins de santé.

Le coordinateur du programme d'aide au logement à l'Accueil francophone, Boris Ntambwe, explique que beaucoup d’immigrants et de réfugiés restent en moyenne 35 jours dans des logements temporaires en arrivant au pays. Il leur est donc difficile d’obtenir un bail. Parce qu’ils n’ont pas encore de résidence permanente à leur arrivée, ces nouveaux arrivants restent dans l’incertitude au sujet de leur couverture médicale.

Dans un courriel, un porte-parole de la province explique que le gouvernement manitobain n’est pas le premier responsable de ces nouvelles conditions. Aucune nouvelle loi ou politique manitobaine n’ont été implantées, et les exigences pour obtenir une carte de Santé Manitoba n’ont pas changé.

La province indique aussi que, au cours des dernières années, il y a eu des changements dans les documents d’immigration émis par Immigration, Réfugiés et Citoyenneté Canada. Ainsi, la documentation démontrant qu’on est domicilié au Manitoba est requise pour assurer le respect des critères d’éligibilité de la Loi sur l’assurance-maladie.

Des conséquences importantes

Originaire du Nigeria, Louisa Edema est arrivée à Winnipeg au début du mois de novembre. Elle n’a pas encore de carte d’assurance maladie et est inquiète de ce qui peut arriver si l’une de ses deux filles tombait malade.

Et si quelque chose arrive ? Sans la carte de santé, je n’ai pas accès au système de santé, c’est injuste.

Louisa Edema, nouvelle arrivante au Manitoba en provenance du Nigeria

Boris Ntambwe ajoute que certains des nouveaux arrivants avec qui il travaille se sont retrouvés avec des factures d'hôpital importantes après un passage aux urgences parce qu’ils n’avaient pas de carte de santé.

Le Manitoba a payé ces factures, mais le coordinateur à l’Accueil francophone assure que ces remboursements n’ont pas été expliqués. Cela l’inquiète, car en cas de refus d’un remboursement, ce ne sera pas clair non plus.

Le coordinateur du programme des réfugiés à la Manitoba Association of Newcomer Serving Organizations (MANSO), Seid Oumer Ahmed, confirme cette difficulté à se faire soigner sans être couvert.

Beaucoup de gens ne veulent pas aller spontanément à l’hôpital, parce qu’ils ne savent pas s’ils seront remboursés ou non.

Seid Oumer Ahmed, coordinateur du programme des réfugiés à la Manitoba Association of Newcomer Serving Organizations

Selon lui, les conséquences vont toutefois au-delà des murs de l’hôpital.

En effet, sans carte de santé, les enfants ne peuvent pas être inscrits à l’école et ne peuvent pas recevoir de vaccins. Le coordinateur de la MANSO ajoute que beaucoup d’organisations de charité, comme Winnipeg Harvest ou Christmas Cheer Board, demandent une carte de santé.

Un changement trop flou?

Le ministère de la Santé du Manitoba explique ces changements par des modifications fédérales sans toutefois préciser les modifications.

Le ministre provincial de la Santé, Cameron Friesen, déplore lui aussi une situation complexe [...] qui relève directement de règles fédérales .

La date précise des changements dans les exigences de l’attribution de la carte de santé n’a pas été donnée, mais certains immigrants affirment avoir été informés des nouvelles règles dès le mois de janvier. Le site Web de la province ne mentionne nulle part les nouvelles exigences pour demander une carte de santé. Un porte-parole de la province dit qu’une mise à jour du site est en cours de développement en collaboration avec des organismes d’accueil des nouveaux arrivants.

Seid Oumer Ahmed confirme qu'il travaille avec la province afin de trouver une solution aux problèmes causés par les changements, mais est fatigué d’attendre.

Les retards causés par ces changements sont l'équivalent du refus de couverture médicale, dit-il. Une personne pourrait mourir à cause des retards.

Avec les informations de Caitlyn Gowriluk

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !