•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un total de 301 425 $ amassé pour La grande guignolée des médias en Abitibi-Témiscamingue

Une bénévole dans la rue tient une pancarte de La grande guignolée des médias et un contenant pour ramasser les dons en argent.

Des bénévoles ont amassé des dons à divers endroits sur le territoire de l'Abitibi-Témiscamingue.

Photo : Radio-Canada / Marie-Hélène Paquin

Radio-Canada

La grande guignolée des médias a une fois de plus sollicité la générosité de la population de la région hier, le jeudi 5 décembre.

L'année passée, 287 579 $ avaient été amassés. Une hausse de près de 5 % a été notée cette année.

Le président d'honneur de La grande guignolée des médias pour la région, Martin Chevalier, de la Fondation de charité des policières et policiers d'Abitibi-Ouest, observe de nouveaux records chaque année.

Effectivement, je peux constater que depuis les 18 dernières années où je suis impliqué, ça augmente toutes les années. Je pense que les organisations se raffinent pour être beaucoup plus efficaces, dit-il.

Je pense que la générosité de la population et celle des bénévoles aussi, qu'il ne faut pas oublier, expliquent, d'année en année, que, malgré les situations financières que certaines personnes vivent, elles se font un devoir quand même de donner généreusement pour les plus démunis.

Le président d'honneur de La grande guignolée des médias pour la région, Martin Chevalier

Cet événement, qui en est à sa 19e année, permet de recueillir des dons en argent et des denrées non périssables qui seront redistribués aux personnes dans le besoin en Abitibi-Témiscamingue.

Bien que la journée de collecte extérieure soit derrière nous, il est encore possible de donner des dons en argent ou en denrées non périssables jusqu'au 24 décembre.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Abitibi–Témiscamingue

Engagement communautaire