•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Analyse

Chicanes et excès de procédures à Québec

La tour centrale de l'immeuble, sous un ciel gris.

Le gouvernement a dû mettre une croix sur l’adoption du projet de loi sur l’abolition des commissions scolaires cette session-ci.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Passer du temps en commission parlementaire en cette fin de session à Québec demande une patience d’ange. Les députés pinaillent et chipotent pendant des heures et des heures. Le problème, c’est que les leaders parlementaires du gouvernement et de l’opposition officielle sont engagés dans une véritable bataille de coqs.

Simon Jolin-Barrette traîne même des boules antistress dans ses poches de veston. Il les serrait très fort, mercredi, lorsque son vis-à-vis libéral Marc Tanguay s’est levé au Salon bleu. Sa frustration est telle qu’il est même arrivé que le premier ministre François Legault lui prenne le bras pour le calmer en pleine période des questions. Il faut dire que Marc Tanguay ne donne pas sa place et que ses remarques sont souvent particulièrement cinglantes.

Ce climat pour le moins abrasif a un impact sur le menu législatif qui est la responsabilité du leader du gouvernement. Prenez le projet de loi 15 sur la Société de développement et de mise en valeur du Parc olympique, qui n’est aucunement controversé. Les séances de mercredi et de jeudi ont été entièrement consacrées à l’article 22 qui porte sur le remplacement du PDG de la Société, s’il devait s’absenter.

On s’obstinait sur la pertinence de définir l’absence. Est-ce une absence « provisoire » ou « indéterminée », demandaient le plus sérieusement du monde les libéraux… pendant plus de cinq heures. Ils ont déposé sept amendements à peu près semblables. Clairement, ils occupaient le temps.

Le gouvernement a aussi dû mettre une croix sur l’adoption du projet de loi sur l’abolition des commissions scolaires cette session-ci. Le projet de loi sur les tarifs d’électricité fait l’objet d’obstruction systématique de la part de tous les partis d’opposition. Après plus de 110 heures en commission parlementaire, les élus en sont à l’article 2. Le gouvernement, qui y tient, l’adoptera par bâillon samedi.

Le ministre de l'Immigration devant quatre drapeaux du Québec

Le leader du gouvernement, Simon Jolin-Barrette, fait l'objet de critiques sur son envie de vouloir tout contrôler.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Mais il y a toujours deux côtés à une médaille. Comme l’expliquait un élu de l’opposition, un projet de loi adopté est une étoile de plus dans son cahier. Or, ce gouvernement est pressé d’agir et il collabore peu avec les partis d’opposition.

On reproche au leader du gouvernement, Simon Jolin-Barrette, de travailler seul et de vouloir tout contrôler. Il est peu flexible, obligeant les députés à siéger les lundis et les vendredis, alors que des salles sont inoccupées au cœur de la semaine et, surtout, il ne considère pas les demandes d’aménagement des partis d’opposition.

Mise au point

L'amorce de ce texte a été modifiée.

Pas de négociation

Le travail du leader du gouvernement est un travail de négociateur. Son rôle est de s’assurer de la bonne marche des travaux parlementaires. Et, s’il veut que son gouvernement fonctionne, il a généralement intérêt à garder les canaux ouverts avec les leaders de l’opposition.

D’anciens leaders libéraux, comme Jacques Dupuis ou Jean-Marc Fournier, convoquaient toujours l’opposition quelques jours avant la fin des travaux parlementaires pour faire la revue des projets de loi.

On s’entendait sur les projets de loi qui seraient adoptés et, surtout, le gouvernement lâchait un peu de lest pour que les partis d’opposition puissent terminer leur session la tête haute.

Simon Jolin-Barrette ne tient pas ce type de rencontres et, selon plusieurs sources dans l’opposition, il cultive au contraire les rivalités.

Ainsi, la frustration monte à l’Assemblée nationale et les partis d’opposition s’assurent que le gouvernement n’accumule pas trop d’étoiles dans son cahier.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !