•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Patrimoine bâti : l’aide annoncée par Québec répond mal aux besoins de Rimouski

La cathédrale Saint-Germain de Rimouski.

Le nouveau programme de subventions annoncé par la province est insuffisant pour restaurer un bâtiment comme la cathédrale Saint-Germain de Rimouski.

Photo : Radio-Canada / Julie Tremblay

Michaële Perron-Langlais

L’aide financière annoncée par Québec pour la protection du patrimoine immobilier répond mal aux besoins de Rimouski, selon le maire de la ville, Marc Parent. Le nouveau programme de subventions ne risque pas d'améliorer les choses de façon marquante pour des bâtiments comme la cathédrale Saint-Germain ou les Ateliers Saint-Louis.

La ministre de la Culture, Nathalie Roy, et la ministre des Affaires municipales, Andrée Laforest, ont annoncé jeudi que 30 millions de dollars seront consentis aux citoyens et aux municipalités pour les aider à préserver leur patrimoine bâti.

Ce programme de subvention permettra entre autres aux villes et aux MRC d’embaucher des spécialistes pour dresser l'inventaire des bâtiments à protéger sur leur territoire.

La présidente de la Société rimouskoise du patrimoine (SRP), Marielle Esclapez, croit qu’il s’agit d’une excellente nouvelle pour certaines municipalités, mais précise qu’à Rimouski, un tel inventaire existe déjà. On est chanceux parce que Ville est vraiment proactive, explique-t-elle. À la SRP, on est mandataire depuis plusieurs années de la réalisation de l’inventaire du patrimoine bâti.

Pour nous, ce n’est pas l'identification des bâtiments à valeur patrimoniale qui est difficile. Ce qui est difficile, c'est de trouver les fonds nécessaires pour les rénover.

Marc Parent, maire de Rimouski

30 millions de dollars, c’est peu

En plus de soutenir l’embauche d’experts en patrimoine bâti, le gouvernement provincial propose aux municipalités et aux citoyens des subventions permettant de couvrir une portion des travaux de restauration des bâtiments admissibles.

Pour le maire de Rimouski et pour la présidente de la SRP, l’enveloppe de 30 millions, octroyée pour l’ensemble du Québec, est toutefois insuffisante pour répondre aux besoins.

C’est peu, affirme Marielle Esclapez. Concrètement, ça demandera beaucoup plus.

Ateliers Saint-Louis et Cégep de Rimouski.

Les Ateliers Saint-Louis et le Cégep de Rimouski ont tous deux été construits dans les années 20 par le même architecte, Pierre Lévesque, de Québec.

Photo : Radio-Canada / Julie Tremblay

Prenons juste les coûts associés à la restauration de la cathédrale et des Ateliers Saint-Louis, on grugerait la moitié du budget provincial, illustre Marc Parent.

La présidente de la SRP croit malgré tout que l’annonce de ce programme représente un pas dans la bonne direction. Elle voit d’un bon œil l’union des ministères de la Culture et des Affaires municipales pour traiter du patrimoine bâti.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Bas-Saint-Laurent

Immobilier