•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Évelyne Beaudin, conseillère pédagogue et vidéaste

La conseillère municipale et chef de Sherbrooke Citoyen, Évelyne Beaudin, dans les nouveaux locaux du parti à Sherbrooke.

Malgré les nombreuses controverses avec lesquelles Évelyne Beaudin a dû composer au cours des 12 derniers mois, elle assure que 2019 l’a confortée dans son rôle de conseillère municipale.

Photo : Radio-Canada

Charles Beaudoin

Avis aux trolls qui l’insultent sur les réseaux sociaux et aux collègues qui lui reprochent ses façons de faire, la conseillère Évelyne Beaudin a pris une résolution claire pour 2020 : celle de ne pas changer et de continuer à « triper ».

Dans les nouveaux locaux de Sherbrooke Citoyen, situés sur Wellington Nord à un jet de pierre de l’hôtel de ville, la femme de 31 ans éprouve un plaisir évident en compagnie de son équipe à faire le bilan de la dernière année. Malgré les nombreuses controverses avec lesquelles l'élue du district du Carrefour a dû composer au cours des 12 derniers mois, elle assure que 2019 l’a confortée dans son rôle de conseillère municipale.

Les gens me parlent des enjeux qu’ils vivent et le matin, quand je me lève, je prends l’enjeu que je veux et je l’amène plus loin… et je suis payée pour faire ça. C’est extraordinaire! C’est comme le rêve de ma vie d’être payée pour travailler pour les gens et pour mon engagement. Je suis à l’aise là-dedans et je pense que les gens le ressentent aussi, souligne celle qui est aussi chef de Sherbrooke Citoyen.

Radio-Canada Estrie a souhaité dresser le portrait de personnalités de la région qui ont marqué l'actualité en 2019 dans différents secteurs d'activité.

Son plaisir a notamment pris la forme d’une vidéo contestée sur le coût d’un stationnement à étages en octobre dernier et qui a amené l’ensemble des élus à interrompre un atelier de travail à huis clos afin de tenir un point de presse pour la rabrouer publiquement. Du jamais vu à Sherbrooke.

Plus le dossier est complexe et compliqué et plus je tripe à trouver la manière de le vulgariser et de l’expliquer. C’est une démonstration mathématique que j’ai faite pour les stationnements, et le monde a tripé. C’est une espèce de jouissance de prof de faire triper du monde sur une démonstration mathématique, affirme l’économiste de formation tout en se disant convaincue que les Sherbrookois enfouiront 7 millions de dollars de trop dans le projet Well Sud.

Elle s’explique cependant toujours mal la réaction des autres élus envers son travail.

Je trouve ça vraiment dommage que mes collègues soient fâchés quand je publie une vidéo. Ils n’aiment pas que je me tourne vers la population, croit-elle. Ils voudraient qu’avant de publier une vidéo sur les stationnements, que je les appelle, mais c’est vers la population qu’il faut se tourner. C’est pour eux que je travaille.

Qu'à cela ne tienne, avec du matériel de tournage bien en vue dans un coin de son local, la conseillère ne cache pas que plusieurs autres sont par ailleurs dans le collimateur.

Pour nous, c’est un moyen de communication moderne, mais efficace, explique Évelyne Beaudin. La vidéo sur le stationnement, il n’y avait presque rien de nouveau là-dedans. J’avais déjà fait des messages au conseil, j’avais pris la parole publiquement par rapport à la taille du stationnement plusieurs fois, j’en ai parlé dans les rencontres préparatoires avec les collègues, mais ça n’avait pas accroché. Mais là, de vulgariser en quelques minutes, de mettre des images, montrer les chiffres à l’écran, les gens ont vraiment compris ce que je disais. Ça nous a vraiment confirmé qu’il fallait aller vers des vidéos et des outils de vulgarisation.

Mon objectif premier, c’est d’intéresser le monde au bien commun. Après ça, c’est de les intéresser à leur communauté, dont à la politique municipale. Faire triper le monde sur les finances publiques de la Ville de Sherbrooke, c’est comme un espèce de fantasme politique que j’ai.

La conseillère Évelyne Beaudin

Au-delà de la vidéo sur le stationnement à étages, qui aurait montré le vrai visage du conseil municipal selon elle, l’élue du district du Carrefour croit que le dossier de la vente avortée du parc Willie-Bourassa-Auger a également été un moment décisif de la politique municipale de Sherbrooke en 2019.

C’est une victoire citoyenne. Ce n’est clairement pas une victoire de la Ville. Pour moi, il y a un avant et un après. Le pouvoir référendaire, je pense que les gens ont pu réaliser à quel point c’est intouchable et que c’est impensable qu’on puisse leur retirer, estime Évelyne Beaudin.

Un regret

Si elle assure n'avoir aucun regret lié à ses prises de position en 2019, la conseillère dit toujours s'en vouloir d'avoir appuyé le gel de taxes promis par le maire Steve Lussier lors de son élection à la fin de 2017.

Je ne pouvais pas me résoudre à voter contre, parce que c’est pour ça que les gens avaient voté lors de l’élection. Mais aujourd’hui, c'est le seul vote que je regrette, parce que la raison pour laquelle les gens ont voté pour ça, c’est qu’ils ne pouvaient pas pleinement mesurer les conséquences que ça apporterait côté gestion financière. Il faut vraiment arrêter de poser des gestes irresponsables parce que c’est populaire politiquement.

D'où l'importance pour Évelyne Beaudin de continuer à mousser l'intérêt de la population... et de produire des vidéos.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Estrie

Politique municipale