•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une garderie en plein air à Saguenay

Les enfants ont pu se réchauffer autour d'un feu de camp.

Photo : Radio-Canada / Catherine Gignac

Radio-Canada

Depuis octobre, quelque 70 enfants d’âge préscolaire évoluent dans un service de garde particulier, implanté en forêt dans le secteur nord de Chicoutimi.

La Garderie Nature permet aux tout-petits de passer une bonne partie de la journée à s'amuser dans des sentiers aménagés spécialement pour eux et dans des clairières naturelles. Jeudi, en l’espace d’un avant-midi, ils se sont baladés, ils ont glissé, ils ont suivi les pistes d'un lièvre, ils ont savouré une petite collation, ils se sont réchauffés au coin du feu et ils sont partis à la recherche de champignons pourtant bien dissimulés sous la neige.

Comme ils étaient encadrés par des éducatrices chevronnées, qui sont aussi de grandes amoureuses du plein air, les enfants ont réalisé l'ensemble de ces activités avec une aisance digne de véritables scouts.

Les éducatrices doivent être elles-mêmes très à l'aise en milieu naturel. Si elles sont en train de chercher leur zone de confort, elles ne peuvent pas être à l'écoute et être en train de sécuriser un groupe de huit enfants.

Karine Gravel, fondatrice, Garderie Nature

La plupart des enfants avaient grandement besoin d'être rassurés lorsqu'ils ont commencé à fréquenter la Garderie Nature. Il y a un peu plus de six semaines, ils n'étaient pas particulièrement confortables en milieu boisé.

Plusieurs enfants trébuchaient beaucoup au début. Là, ils ont appris en marcher en forêt. Ils ont appris à être agiles avec leur corps, affirme Karine Gravel.

En plus d'aiguiser leurs habiletés motrices, les petits doivent s'adapter aux exigences de la vie en société.

Ils apprennent à prendre soin d'eux, à travailler ensemble, à respirer et à vivre leur liberté.

Maryse Cloutier-Gélinas, éducatrice, Garderie Nature

À force de vivre au grand air, les enfants deviennent calmes et attentifs. Ils sont alors disposés à faire toutes sortes d’apprentissages.

Lorsque la météo n’est pas suffisamment clémente, les sorties sont écourtées.

D'après le reportage de Catherine Gignac

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Saguenay–Lac-St-Jean

Enfance