•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le contrôle des médicaments sera resserré sur le territoire d’Eeyou Istchee

Quatre contenants de pilules sont alignés sur un comptoir de pharmacie.

Des événements impliquant une grande quantité de médicaments ont été répertoriés, dont par exemple, la perte de 391 comprimés de sulfate de morphine en 2015. (archives)

Photo : Radio-Canada / Jean-Marc Belzile

Thomas Deshaies

Plus d’un millier de capsules, comprimés ou timbres ont disparu au cours des cinq dernières années à la pharmacie du Centre hospitalier de Chisasibi, selon une compilation de Santé Canada. Les dernières données disponibles sont celles de 2015. Le Conseil cri de la santé et des services sociaux de la Baie James est conscient de la situation et estime que les investissements majeurs dans leurs infrastructures amélioreront la situation.

Les motifs des pertes ne sont pas connus et ont été catégorisés comme « perte inexpliquée » par Santé Canada. Il peut s’agir notamment de vols ou de lacunes quant au processus d’inventaire. Des événements concernant une grande quantité de médicaments ont été répertoriés, dont par exemple, la perte de 391 comprimés de sulfate de morphine en 2015.

La rareté de la main-d’œuvre explique en partie la situation, selon la coordonnatrice aux communications pour le Conseil cri de la santé et des services sociaux de la Baie James, Katherine Morrow. Nous avons noté des situations où les médecins se rendaient à la pharmacie le soir, alors qu’il n’y a pas de pharmaciens disponibles, pour prendre un médicament nécessaire pour un patient, explique-t-elle.

Mme Morrow indique cependant que l’organisation prend la situation des pertes de médicaments très au sérieux. Entre 2017 et 2019, le nombre de pharmaciens permanents a été rehaussé de quatre à neuf postes, ce qui améliorera la situation, juge-t-elle. Avec les nouvelles mesures d’enregistrement obligatoire et avec des équipes de pharmacie stables et complètes dans nos établissements, ces situations devraient pouvoir être évitées, précise-t-elle.

Pas uniquement en enjeu en territoire Eeyou Istchee

Des pertes et vols de médicaments surviennent sur l’ensemble du territoire québécois. Le ministère de la Santé du Québec rapporte 136 441 incidents liés à la médication en 2017-2018, dont 459 dans la région du Nord-du-Québec et 3945 en Abitibi-Témiscamingue. Ces données comprennent les pertes ou les vols, mais aussi plusieurs autres situations, dont le non-respect d’une procédure ou la disponibilité d’un médicament. Les données du rapport fédéral ne concernent que les pertes ou les vols.

Des rénovations à venir

La pharmacie de l’hôpital de Chisasibi, où ont été déclarées l’ensemble des pertes dans le rapport de Santé Canada, est présentement en rénovation. Une fois les rénovations terminées, la pharmacie disposera d’une caméra de surveillance et d’un accès par carte-clé, explique Mme Morrow.

Le conseil compte acquérir un logiciel de suivi et un système de cabinet automatisé décentralisé et des caméras de sécurité. Ces mesures seront déployées dans l’ensemble des pharmacies du territoire, qui sont toutes administrées par le Conseil cri de la santé et des services sociaux de la Baie James. Il n’y a aucune pharmacie commerciale sur le territoire d’Eeyou Istchee.

Le Conseil cri de la santé et des services sociaux de la Baie James croit qu’ensemble, ces efforts nous permettront d’atteindre une norme de sécurité comparable à celle des autres régions du Québec.

Katherine Morrow,

Rappelons que le conseil compte investir massivement dans les prochaines années pour se doter de nouvelles infrastructures afin d’offrir davantage des services de santé sur le territoire.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Abitibi–Témiscamingue

Santé