•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Bloc québécois appuiera le discours du Trône

Le gouvernement Trudeau est assuré de survivre à son premier vote de confiance à la Chambre des communes.

Yves-François Blanchet, le chef du Bloc québécois, réagissait jeudi au discours du Trône.

Yves-François Blanchet, le chef du Bloc québécois, estime que le discours du Trône comporte « des avenues » pour défendre les intérêts du Québec.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Le gouvernement minoritaire de Justin Trudeau est assuré de survivre à son premier vote de confiance à la Chambre des communes, grâce à l'appui du Bloc québécois.

Malgré des réserves sur plusieurs éléments du programme gouvernemental, le chef du Bloc québécois, Yves-François Blanchet, a indiqué jeudi que son parti comptait appuyer le discours du Trône, notamment parce qu’il ne fait pas mention directement du pétrole.

Puisque les mots sont vagues sur les sujets délicats, nous, on va en faire ce qu’on veut et on va agir dans le sens de notre engagement à l’endroit des Québécois, c’est-à-dire de servir le Québec et servir les intérêts du Québec.

Yves-François Blanchet, chef du Bloc québécois

Je vois dans le libellé de ce discours des avenues qui me permettent de faire des gains, parce qu’on est 32 [députés] maintenant pour faire des gains, parce qu’on a un mandat fort pour faire des gains. Moi, je vois ce que j’ai besoin pour travailler. Le gouvernement sait très bien sur quoi on va s’accrocher, a-t-il affirmé.

Yves-François Blanchet considère que les propositions qui figurent dans le discours du Trône lui permettront de faire avancer certains dossiers qu'il défend.

Je vais prendre les poignées que ça nous donne pour nos aînés, je vais prendre les poignées que ça nous donne pour nos agriculteurs, je vais prendre les poignées que ça nous donne pour des mesures concrètes en matière de lutte aux changements climatiques, nonobstant le fait qu’il y aura quand même un soutien au pétrole, parce que M. Trudeau veut quand même plaire aux conservateurs de l’Ouest, on va aller chercher ce qu’on peut là-dedans, a-t-il assuré.

Si l'appui du Bloc est annoncé, celui des autres chefs des partis d'opposition reste à confirmer.

Une insulte, dit le chef conservateur Andrew Scheer

Andrew Scheer en mêlée de presse.

Le chef conservateur Andrew Scheer va proposer un amendement au discours du Trône vendredi.

Photo : La Presse canadienne / Justin Tang

Le chef de l’opposition officielle, Andrew Scheer, s'est dit déçu du discours du Trône, qu'il a décrit comme une insulte envers l’Alberta et la Saskatchewan.

Selon le chef conservateur, Justin Trudeau ne reconnaît pas le ressentiment des résidents de ces provinces où le secteur énergétique est au cœur de l’économie.

Je pense que toute l’approche de M. Trudeau est un signal négatif à beaucoup de régions. Il ne comprend tout simplement pas les sentiments [angoisse et colère] qui existent là, a-t-il déclaré.

Je crois que les Canadiens ont besoin d’avoir un signal qu’il a pris une leçon de l’élection, et c’est clair qu’il ne l’a pas.

Andrew Scheer, leader conservateur

Le chef conservateur a fait savoir que son parti allait soumettre des modifications. Demain, on va proposer un amendement et on va voir si le Parlement adopte notre amendement, a-t-il déclaré.

Insuffisant, commente Jagmeet Singh

Jagmeet Singh dans le foyer du Parlement.

Le chef du NPD Jagmeet Singh réclame une rencontre privée avec Justin Trudeau pour apporter des changements aux mesures contenues dans le discours du Trône.

Photo : La Presse canadienne / Chris Wattie

Le chef du Nouveau Parti démocratique, Jagmeet Singh, juge pour sa part que le discours est insuffisant dans sa forme actuelle.

Pour l’instant, nous ne sommes pas satisfaits. Notre objectif n’est pas de faire tomber le gouvernement. Je ne vais pas chercher une façon pour nous faire revivre des élections. Mais je veux que le gouvernement puisse travailler pour les citoyens, et les gens n’ont pas besoin de ce qui a été annoncé, a-t-il affirmé.

On a besoin de mesures concrètes face à des crises concrètes. Ce qui est offert n’est pas proportionnel à la gravité des problèmes. On a besoin de réelles actions sur la santé, le logement, la crise climatique, la justice pour les Autochtones… On n’a rien entendu de tout cela dans le discours du Trône, a-t-il ajouté.

En point de presse, M. Singh s’est toutefois gardé d’annoncer s’il allait voter pour ou contre le discours, disant attendre de voir la suite.

On est prêts à travailler ensemble, on veut travailler ensemble, mais ce qu’ils [les libéraux] ont proposé jusqu’à maintenant, ce n’est pas suffisant.

Jagmeet Singh, chef du NPD

M. Singh réclame une rencontre avec le premier ministre avant le vote sur le discours du Trône pour améliorer les propositions contenues dans celui-ci.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Politique fédérale

Politique