•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Traitement du béton bitumineux à Matane : craintes à propos des odeurs

Les travaux sont entamés dans le parc industriel.

L'entreprise prévoit créer une vingtaine d'emplois avec ce projet.

Photo : Radio-Canada / Jean-François Deschênes

Joane Bérubé

Le groupe environnemental Uni-Vert s’interroge sur la gestion des odeurs du futur terminal de transbordement et d’entreposage d’enrobés bitumineux et de l’usine de polymérisation actuellement en construction dans le parc industriel de Matane.

Les nouvelles installations de Béton provincial, situées près du port de Matane, serviront notamment à exporter du bitume polymérisé dans tout l’est de la province.

Le porte-parole d’Uni-Vert, Guy Ahier, craint toutefois que les occupants des résidences situées à environ 350 mètres du site puissent être incommodés par les émissions de sulfure d'hydrogène. C’est, indique M. Ahier, un composé qui est quand même assez odorant, à faible partie par millions, à faible quantité. À partir d’un certain seuil, c’est facile de le respirer. Ç’a des odeurs qui peuvent s'apparenter à des odeurs d’œufs pourris.

Lors de la dernière réunion du conseil municipal, le groupe environnement Uni-Vert a interrogé les élus sur les mesures de protection mises en place afin de minimiser les odeurs émises habituellement par ce type d’usine.

Selon les élus de la Ville de Matane, les activités de l’entreprise respectent la réglementation sur le zonage qui s’applique dans le secteur. Ils estiment aussi que les questions des odeurs et des émissions relèvent du ministère de l’Environnement.

Une réponse qui ne satisfait qu’à demi, le porte-parole d’Uni-Vert. Comme le projet est en construction, ce serait le temps, selon lui, de demander l’installation d'un système compensatoire. La Ville dit que s’il y a des problèmes, il y aura des plaintes de citoyens et qu’il y aura lieu de voir à ce moment-là. Nous, on pense qu’il vaut mieux prévenir avant. Il existe des solutions pour contrer les émissions atmosphériques de H2S, il peut y avoir par exemple des biofiltres, des choses comme ça, fait valoir Guy Ahier.

Le porte-parole d’Uni-Vert ajoute que si les quantités de sulfure d'hydrogène émises par les installations sont importantes, les résidents pourraient subir d’autres inconvénients, comme les yeux qui piquent ou de la toux.

Odeurs et environnement

Joint brièvement, le promoteur Béton provincial indique qu’il ne s’agit pas d’une usine de bitume, mais essentiellement d’un terminal de transbordement et d’entreposage. L’entreprise ne nous a pas rappelés, comme proposé, pour expliquer plus en détail son projet ni pour répondre à nos questions sur les odeurs.

Bitume Québec considère toutefois que les véhicules de livraison, les silos d’entreposage et les zones de chargement figurent aussi parmi les sources d’émission d’odeurs des centrales d’enrobage bitumineux.

Ce n’est pas la première fois qu’une installation de béton bitumineux de Béton provincial fait l’objet de doléances concernant les odeurs. Aux Îles-de-la-Madeleine, plusieurs plaintes ont été déposées au fil des ans par des citoyens vivant à proximité de l’usine de béton bitumineux P&B.

Les odeurs et le bruit de l'usine de P&B Entreprises dérangent.

L'usine de P&B Entreprises aux Îles-de-la-Madeleine

Photo : Courtoisie

Toutefois, selon un jugement rendu par le Tribunal administratif du Québec en juillet dernier, les odeurs émises par P&B ne constituent pas un contaminant susceptible de porter atteinte à la vie, à la santé, à la sécurité, au bien-être ou au confort de l’être humain, selon la Loi sur la qualité de l’environnement.

Béton provincial n’aura donc pas à se conformer à l’ordonnance du 5 juin 2015 du ministère de l’Environnement qui lui demandait d’installer un équipement permettant de traiter les odeurs nauséabondes.

D'autres manquements quant à l'émission de mauvaises odeurs ont depuis été signalés par le ministère de l'Environnement.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Gaspésie et Îles-de-la-Madeleine

Économie