•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Nouvelles accusations liées à des bagarres entre adolescents à Rimouski

Deux policiers patrouillent dans le parc Lepage, à Rimouski.

Deux policiers de la Sûreté du Québec au parc Lepage, à Rimouski.

Photo : Radio-Canada / Denis Leduc

Radio-Canada

Le Directeur des poursuites criminelles et pénales (DPCP) a déposé de nouvelles accusations de voies de fait contre des jeunes soupçonnées d'avoir pris part à des bagarres au parc Lepage, à Rimouski, en début d'année scolaire.

Le tribunal de la jeunesse a été saisi jeudi de ces accusations portées contre deux adolescentes. L’une d’entre elles a plaidé coupable et devrait connaître sa peine le 30 janvier prochain. C’est à cette date que la deuxième accusée présentera son plaidoyer.

En septembre, la Sûreté du Québec avait signalé une reprise de bagarres entraînant des attroupements dans le parc Lepage, qui est situé à côté de l’école secondaire Paul-Hubert.

La procureure responsable de ce dossier, Me Florence Charlebois-Villeneuve, indique que le Bureau des affaires de la jeunesse du DPCP a voulu agir rapidement pour éviter une répétition des événements survenus au même endroit un an plus tôt.

La violence en milieu scolaire est un fléau, affirme-t-elle. Sachant tout ce qui s'est passé dans les derniers mois, voire la dernière année, on veut que le message soit clair. Idéalement, dès qu’on a vent de nouvelles infractions de cette nature, on essaie d'agir le plus rapidement possible.

À l’automne 2018, les policiers avaient effectué de nombreuses arrestations à la suite d’affrontements planifiés et annoncés sur les réseaux sociaux entre des élèves.

Selon les autorités, la situation serait toutefois différente cette année, puisque les bagarres survenues depuis la rentrée scolaire semblent plutôt improvisées.

Avec les informations de Denis Leduc

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.

Bas-Saint-Laurent

Jeunesse