•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le plan sur l'avenir des sports à l'Université de Moncton se fait attendre

Des joueurs de hockey sur une patinoire

Le plan stratégique sur les sports universitaires doit donner un deuxième souffle aux équipes de l'U de M.

Photo : Radio-Canada / François Le Blanc

François Le Blanc

De quoi auront l'air les Aigles Bleus, dans tous les sports, au cours des prochaines années? Voilà la question à laquelle veut répondre le plan stratégique sur les sports universitaires à l'Université de Moncton (U de M). Un plan qui est attendu impatiemment au sein de la communauté.

Le recteur de l'Université de Moncton, Jacques Paul Couturier, répondant aux questions des médias sur cette photo d'archives

Le recteur par intérim de l'Université de Moncton, Jacques Paul Couturier.

Photo : Radio-Canada

On est à changer les virgules de place, pour donner une image simple, explique le recteur par intérim de l'U de M Jacques-Paul Couturier. On est à finaliser les grands éléments et les grandes orientations. On veut s'assurer que ce soit un document inspirant.

Sept équipes défendent le bleu et or des Aigles Bleus : soccer masculin et féminin; hockey féminin et masculin; athlétisme mixte; cross-country mixte et volleyball féminin.

Héritier court avec le ballon.

Le soccer est l'un des sports offerts à l'Université de Moncton.

Photo : Normand Léger / Université de Moncton

Des membres de la communauté sportive et universitaire s'inquiètent de la lenteur du processus.

Le recteur intérimaire se veut rassurant et estime que le tout devrait être dévoilé dans les prochaines semaines. On veut que ce soit une occasion de se rassembler et de célébrer autour des sports à l'Université de Moncton.

L'équipe de hockey de l'Université de Moncton

Selon M. Couturier, les Aigles Bleus représentent aussi l'identité de l'Université. Les quatre championnats canadiens de hockey masculin sont de bons exemples.

Photo : radio-canada

Une firme de consultants du Québec étudie les programmes sportifs de l'institution depuis l'hiver dernier. Des ébauches ont été présentées à un cercle restreint de la communauté universitaire.

En juin dernier, Radio-Canada révélait que la question des ressources accordées aux équipes, la marque de commerce et les partenariats externes ont, entre autres, fait l'objet d'une révision.

Cette dernière expression ne plaît pas à Jacques-Paul Couturier.

Le choix des mots est important. Il ne s'agit pas du tout d'une révision, s'oppose-t-il. Pour lui, révision veut nécessairement dire transformations ou compressions.

Au contraire, l'Université veut faire le point sur programmes sportifs dans une perspective de développement. Les sports universitaires sont une composante importante de notre identité. La marque Aigles Bleus définit aussi l'Université de Moncton.

Jacques-Paul Couturier
Monette Boudreau-Caroll et Brigitte Soucy-Anderson, deux Acadiennes, seront intronisées au Temple de la renommée du Volleyball du Nouveau-Brunswick.

Monette Boudreau-Caroll et Brigitte Soucy-Anderson, deux Acadiennes membres des Aigles Bleues, ont été intronisées au Temple de la renommée du Volleyball du Nouveau-Brunswick.

Photo : Volleyball NB

Joueuses de hockey sur la patinoire.

Au hockey féminin, les Aigles Bleues ont une forte compétition pour attirer de nouvelles joueuses de talent.

Photo : Radio-Canada / Denis Mazerolle

À la croisée des chemins

La décision de faire un plan stratégique pour les sports universitaires a été prise lors d'une réunion du Conseil des gouverneurs de l'U de M, le 22 septembre 2018. Le processus aurait été entamé au mois de novembre de la même année.

L'enseigne de l'université, sur le campus.

L'entrée du campus de Moncton.

Photo : Radio-Canada / Université de Moncton

Officiellement, les équipes sportives sont à la croisée des chemins. L'environnement est en changement au Canada.

Par exemple, de nouveaux joueurs entrent en action. L'Université du Québec à Montréal (UQAM) a reçu un don d'un million de dollars de la famille Molson pour la création d'un programme de hockey masculin. Ce sera une compétition directe pour les Aigles Bleus dans recrutement de joueurs.

De plus, les athlètes francophones n'hésitent plus à choisir les universités anglophones.

Il faut ajouter à cela les nouvelles règles en Atlantique pour que la compétition soit équitable, explique M. Couturier. Nous, comme université, il faut prendre acte de tout ça.

Ultimement, ce qui nous distingue, c'est la dimension humaine. Il y a la qualité de l'enseignement, il y a aussi la dimension humaine. On est capable d'offrir un encadrement personnalisé qu'un étudiant ne retrouvera pas à McGill ou à Laval.

Jacques-Paul Couturier

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Nouveau-Brunswick

Enseignement universitaire