•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Pas de réouverture avant plusieurs mois pour le pont de St-Bruno-de-Guigues

Des blocs de béton et des panneaux de signalisation bloquent la route qui mène à un pont.

Le pont enjambant la rivière à la Loutre est fermé depuis le 21 décembre 2018. (archives)

Photo : Radio-Canada / Tanya Neveu

Tanya Neveu

Les utilisateurs du pont de la Montée Gauthier à St-Bruno-de-Guigues au Témiscamingue devront patienter encore plusieurs mois. Les résultats de l’étude géotechnique réalisée à la fin de l’été ont démontré que le sol de la route, aux abords du pont, n’était pas stable. D’autres travaux devront donc être réalisés.

Le pont est fermé depuis près d’un an en raison de l’état lamentable des poutres qui retiennent la structure. Un pont temporaire a pourtant été installé sur la structure déjà existante cet été.

Il faut faire une modification aux culées, les culées ce sont les fondations qui soutiennent le pont aux extrémités. Tout de suite, nous avons enclenché une procédure pour préparer les plans et devis. Ils sont en train de se finaliser. Dès qu’on va les avoir, on va pouvoir rencontrer les intervenants du milieu pour pouvoir leur expliquer la suite des choses au niveau de l’échéancier, explique le porte-parole régional du ministère des Transports, Luc Adam.

Un appel d’offres devra être lancé avant de procéder aux travaux, ce qui pourrait prendre plusieurs mois.

Des alternatives

La préfète de la MRC de Témiscamingue, Claire Bolduc, a d’ailleurs eu une rencontre avec des membres du cabinet du ministère des Transports mercredi.

Elle affirme que le dossier du pont de St-Bruno-de-Guigues demeure sur le dessus de la pile des dossiers au MTQ.

Claire Bolduc demande toutefois au ministère des trouver des solutions alternatives pour assurer le transport sécuritaire des 800 véhicules qui empruntent normalement ce tronçon.

Est-ce que le ministère dispose de fonds auxquels on pourrait avoir accès pour aider les municipalités à améliorer et entretenir les routes alternatives, comme les rangs, que les gens pourraient utiliser et qui permettraient de réduire la distance?, questionne-t-elle.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Abitibi–Témiscamingue

Transports