•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Traite de personnes : 1000 appels en 6 mois à la ligne nationale pour les victimes

Des experts veulent étudier le mouvement des personnes dans un corridor liant Halifax à Toronto.

La traite de personnes touche autant les résidents des régions rurales que ceux des villes.

Photo : Shutterstock

Camille Feireisen

La première ligne d’urgence nationale sur le trafic de personnes n’a que six mois d’existence, mais s'impose déjà comme un outil essentiel pour aider les victimes, selon le Centre canadien pour mettre fin à la traite des personnes. Depuis son lancement, plus de 1000 signalements ont été reçus.

Si cette ligne avait existé quand j’étais une victime, toute seule dans ma chambre d’hôtel, si j’avais pu parler à quelqu’un, ça aurait fait une différence, confie Kaitlin Bick, ancienne victime d’exploitation sexuelle de ses 15 ans à ses 24 ans environ.

Je n’avais aucune idée de ce qui m’arrivait. Je pensais que j'avais un mauvais petit ami.

Kaitlin Bick, survivante de la traite de personnes
Kaitlin Bick est assise sur un canapé, elle a les cheveux blonds et longs, les yeux verts, elle est peu maquillée, elle porte un chandail violet avec des petits pois blancs. Elle regarde dans le vide.

Kaitlin Bick a été victime de la traite de personnes pendant une dizaine d'années. Le calvaire a commencé lorsqu'elle avait 15 ans et qu'elle est tombée amoureuse.

Photo : Radio-Canada

C’est pour des personnes comme elles que le Centre canadien pour mettre fin à la traite des personnes a mis en place la ligne d’urgence nationale à la fin du mois de mai.

Nous savions que la meilleure défense contre le trafic d'êtres humains est un public informé, assure la présidente-directrice générale du Centre, Barbara Gosse.

Dans un rapport des consultations sur la traite des personnes (Nouvelle fenêtre) publié en 2018 par la Sécurité publique du Canada, il était également indiqué que le manque d’information du public faisait partie des trois priorités pour combattre ce crime.

Plus de 1000 signalements

Les signalements se font au moyen d'appels, de clavardages, de formulaires en ligne et de courriels dans plus de 200 langues, y compris plusieurs langues autochtones.

Mais, surtout, ces signalements se font en toute confidentialité, rappelle Mme Gosse.

Barbara Gosse est assise devant deux écrans d'ordinateur sur lesquels des dépliants du Centre canadien pour mettre fin à la traite des personnes sont affichés. Elle a la cinquantaine, a les yeux bleus, porte des lunettes, a les cheveux courts et châtains, elle regarde la caméra. Son veston est noir avec de fines rayures de la même couleur et son chandail en-dessous est également noir avec de fines rayures.

Barbara Gosse explique qu'elle ne s'attendait pas à ce que la ligne d'urgence reçoive autant d'appels, mais elle se réjouit de voir que cet outil a été mis en place pour répondre à un besoin majeur, selon elle.

Photo : Radio-Canada

La ligne d’urgence est un outil absolument nécessaire pour le pays, parce que pour beaucoup de victimes et de survivants, contacter la police est terrifiant.

Barbara Gosse, présidente-directrice générale du Centre canadien pour mettre fin à la traite des personnes

Kaitlin Bick l'a vécu. Elle était toxicomane, vulnérable, et manquait d'estime de soi quand elle a rencontré ses trafiquants. Ils m'ont dit très clairement que ce que je faisais était illégal et que j'irais en prison. Appeler la police n'était donc pas vraiment dans mes options, se souvient-elle.

D'autant plus que le trafic d’êtres humains est un cercle vicieux : des victimes deviennent souvent elles-mêmes les auteures de cette pratique. Kaitlin raconte avoir été chargée par ses trafiquants de recruter des jeunes femmes.

Le métchif ou mitchif est une langue mixte à base de cri et de français. Le message sur cette affiche : « Cela se produit dans nos communautés ».Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

« Cela se produit dans nos communautés » est écrit en métchif ou mitchif, une langue mixte à base de cri et de français.

Photo : Affiche de prévention et de sensibilisation du Centre canadien pour mettre fin à la traite des personnes

Le message sur cette affiche : « Cela se produit dans nos communautés ».  Il s'agit d'un pamphlet de sensibilisation fait par le Centre canadien.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Un dépliant de sensibilisation et de prévention fait par le Centre canadien pour mettre fin à la traite des personnes.

Photo : Affiche de prévention et de sensibilisation du Centre canadien pour mettre fin à la traite des personnes

Collecter des données

La traite des personnes est un crime secret et clandestin, systématiquement sous-déclaré à la police, ce qui rend les statistiques fiables difficiles à obtenir. L’objectif de cette ligne d’appel est aussi de collecter des données, explique Barbara Gosse.

Cela permettra de déterminer quels types de traite de personnes se produisent. Mais aussi où ces cas sont les plus élevés au pays et comment nos services peuvent fournir des informations aux forces de l’ordre afin de démanteler, si possible, les réseaux, dit-elle.

Et ce travail a déjà commencé, souligne le responsable de la gestion des cas et des partenaires de l'organisme, Ram Rammaya.

Ram Rammaya pose pour la photo, il a les bras croisés, il porte une chemise blanche et un pantalon noir avec une ceinture noire. Il a la peau foncée, il porte des lunettes, il a les cheveux noirs avec un peu de blanc sur les bords.

Le responsable de la gestion des cas et des partenaires de l'organisme, Ram Rammaya, indique que la majorité des appels proviennent de victimes et de survivants.

Photo : Photo remise par le Centre canadien pour mettre fin à la traite des personnes

  • Les appelants

La majorité des appels proviennent de victimes et de survivants.

Mais il y a aussi des appels de personnes qui voient des situations suspicieuses, comme des employés d’hôtel, de café, des fournisseurs de services sociaux, rapporte M. Rammaya.

  • Les lieux

Les appels ont montré que la traite de personnes se produit surtout dans les grandes villes, mais aussi dans les plus petites communautés. Les organismes d’application de la loi et les travailleurs de première ligne sont sollicités au maximum. Beaucoup de gens pensent que cela se produit à l'international, mais ce n'est pas le cas, ça arrive ici, indique Mme Gosse.

Les services d’escorte, les locations de courtes durées, les hôtels, les salons de massages, les bars, les résidences privées et même devant les écoles sont des endroits où la traite se passe.

Ram Rammaya, responsable de la gestion des cas et des partenaires au Centre canadien pour mettre fin à la traite des personnes

Les refuges et les établissements d’assistance sociale sont aussi des lieux où les trafiquants trouvent leurs victimes, précise Kaitlin Bick, qui travaille désormais auprès des populations vulnérables.

À Toronto, elle raconte que le terminal d’autobus au coin des rues Bay et Dundas est l'un des lieux de prédilection pour trouver des personnes tout juste débarquées dans la Ville Reine.

Il y a des gens qui attendent dehors et qui viennent vous demander : "Oh, mon dieu, es-tu perdue, as-tu besoin d’un ticket de bus? Tu ressembles à quelqu’un qui a besoin d’un ami", raconte-t-elle.

  • Les populations à risque

Les personnes défavorisées socialement et économiquement sont plus à risque, mais surtout les femmes et les filles qui vont vers les grands centres urbains.

Selon les dernières données de Statistique Canada, 70 % des victimes sont des femmes de moins de 25 ans, tandis que 80 % des trafiquants sont âgés de 18 à 34 ans, dont 66 % sont des hommes.

  • Des signes distinctifs

La ligne d’urgence a permis à l’équipe de déceler des signes clairs chez les victimes de la traite.

Liste de symptômes d'un individu victime de traite de personnes.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Les symptômes montrant qu'un individu est possiblement victime de traite de personnes.

Photo : Radio-Canada

Le Centre s’engage par ailleurs à publier un premier rapport de données annuelles à l’automne 2020.

Pendant et après l'appel

Le personnel du Centre a été formé pendant plus de 60 heures sur comment aider la victime en fonction de ses besoins d'hébergement et services.

Le détective David Correa, de la police de Toronto et qui fait partie de l’équipe de lutte contre la traite de personnes, dit déjà remarquer une différence depuis que la ligne a été lancée. Un protocole et des stratégies ont été mis en place pour recevoir les recommandations du Centre et gérer le risque associé aux différents appels.

Les conseils qui proviennent du Centre sont très complets, très bien organisés. C’est très utile et cela nous permet d’accélérer les enquêtes, considère-t-il.

Le détective précise que son unité n’a pas encore procédé à des arrestations liées à ces appels, mais que plusieurs enquêtes sont actuellement en cours.

Ce que font les gouvernements

Cette ligne téléphonique a été financée par le gouvernement fédéral, qui s’est engagé à verser 14,5 millions de dollars sur 5 ans dans son dernier budget pour lancer le projet.

En septembre, Ottawa a revu son budget à la hausse pour lutter contre la traite des êtres humains, et investira 75 millions de dollars sur 6 ans.

De son côté, l'Ontario a annoncé fin novembre investir 20 millions de dollars dans cette lutte. L'Unité provinciale de lutte contre le trafic d'êtres humains, qui coordonne l'échange d'informations, recevra ainsi plus de 2 millions de dollars.

Entre 2009 et 2016, plus de 60 % des infractions liées au trafic de personnes au Canada ont eu lieu en Ontario, selon les données transmises par la police.

La GRC a pour sa part recensé 708 affaires pour lesquelles des accusations de trafic de personnes ont été déposées entre 2005 et mai 2019. De ce nombre, 685 étaient relatives à des affaires nationales majoritairement reliées à l'exploitation sexuelle.

La ligne est accessible et gratuite 24 heures sur 24 au 1 833 900-1010. Les personnes sourdes et muettes doivent composer le 711, puis demander au service de relais de les connecter à la ligne téléphonique. Un site Internet a été conçu pour être accessible aux aveugles et aux malvoyants.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Traite de personnes

Société