•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La vérificatrice provinciale prie l’Autorité de la santé de revoir certaines pratiques

Gros plan sur le visage de Judy Ferguson, qui explique son rapport au micro.

La vérificatrice provinciale en Saskatchewan, Judy Ferguson, a mis en évidence huit domaines dans lesquels l'Autorité de la santé

Photo : Radio-Canada / Brian Rodgers

Samuel Desbiens

La vérificatrice provinciale, Judy Ferguson, recommande à l’Autorité de la santé de la Saskatchewan (SHA) de revoir bon nombre de ses pratiques afin de remédier à la crise de suicides dans les communautés du nord-ouest de la province.

Dans son plus récent rapport de 380 pages dévoilé jeudi, Judy Ferguson souligne que le guide sur lequel se base la SHA pour traiter les patients à risque dans les communautés du nord-ouest de la province est adéquat pour prévenir les suicides, mais que les employés n’appliquent pas toujours [les mesures] qui s’y trouvent.

Sur un échantillon de 23 dossiers traités par l’équipe de la vérificatrice provinciale, le personnel du service d’urgence dans les hôpitaux n’a pas fourni de consultation psychiatrique aux patients qui présentent un risque élevé de suicide à trois occasions, ce qui va à l’encontre du protocole habituel, selon le document.

Les recherches montrent qu’environ le tiers des patients de 11 ans et plus qui ont mis fin à leurs jours se sont rendus à l’urgence un mois avant leur mort, révèle Judy Ferguson.

Il est donc de la responsabilité de la SHA, selon elle, de remédier à ce problème en tant qu’organisation qui supervise la mise en oeuvre des bonnes pratiques dans le milieu de la santé en Saskatchewan.

D’ailleurs, en 2018, le taux de suicide moyen par 100 000 habitants dans le nord-ouest de la Saskatchewan dépassait de près de 50 % le taux de suicide moyen dans l’ensemble de la province.

Le rapport nomme expressément les communautés de Meadow Lake, de Lloydminster, de North Battleford et de La Loche pour illustrer les difficultés dans le nord-ouest de la Saskatchewan.

Plan large où Judy Ferguson explique les grandes lignes de son rapport 2019.

La vérificatrice provinciale, Judy Ferguson, a expliqué les faits saillants de son rapport 2019 jeudi, à Regina.

Photo : Radio-Canada / Nicolas Duny

Formation inadéquate

Le rapport de la vérificatrice provinciale souligne également que le personnel dans les établissements de santé du nord-ouest de la Saskatchewan ne reçoit pas une formation suffisante pour prendre en charge des patients suicidaires et que cette formation n’est pas uniforme pour tous les travailleurs à l’intérieur du système de santé dans la région.

Par exemple, certains membres du personnel de l’Hôpital Battlefords Union ont suivi une formation en ligne sur la santé mentale et les signes qui peuvent laisser présager qu’un patient a des idées suicidaires, alors que d’autres travailleurs dans différents établissements visités par l’équipe de Judy Ferguson n’ont pas eu une telle formation.

Le ministre responsable de la Santé dans les milieux ruraux et éloignés de la Saskatchewan, Warren Kaeding, dit accepter les recommandations de la vérificatrice provinciale, tout en indiquant que son gouvernement travaille déjà à améliorer plusieurs éléments compris dans le rapport.

Il admet que des ressources supplémentaires doivent être déployées dans les communautés du nord-ouest de la Saskatchewan et qu’il est nécessaire de travailler davantage avec la Fédération des nations autochtones souveraines, notamment, pour trouver des solutions à la crise de suicides qui touche plusieurs communautés autochtones.

Plan en plongée sur le visage de Warren Kaeding, qui répond aux questions des journalistes.

Le ministre responsable de la Santé dans milieux ruraux et éloignés, Warren Kaeding, n'a pas été surpris par les éléments dévoilés dans le rapport de la vérificatrice provinciale.

Photo : Radio-Canada / Brian Rodgers

Inspection et suivi des statistiques

La SHA devrait aussi, selon Judy Ferguson, inspecter périodiquement les établissements du nord-ouest de la province qui fournissent des services aux patients à risque afin de repérer les installations physiques qui peuvent leur servir lors de leurs tentatives de suicide.

Par ailleurs, la vérificatrice provinciale suggère à la SHA d’améliorer les services de vidéoconférence, par exemple, afin de permettre aux patients à risque d’obtenir de l’aide même s’ils habitent à une distance considérable des établissements de santé qui peuvent leur fournir des soins.

Elle reproche aussi à la SHA de ne pas analyser suffisamment les statistiques sur les taux de suicide et la prévalence du suicide, ce qui pourrait permettre de déterminer si les services répondent aux besoins des personnes ayant des idées suicidaires dans le nord-ouest de la province.

Ça nous prend des actions concrètes pour remédier au problème de suicide. On a fait des pressions sur le gouvernement depuis plusieurs mois, mais rien n’a été fait, déplore le chef du Nouveau Parti démocratique de la Saskatchewan, Ryan Meili.

Plan en plongée de Ryan Meili, qui répond aux questions des journalistes.

Le chef de l'opposition en Saskatchewan, Ryan Meili, est d'avis qu'une stratégie de prévention du suicide doit être élaborée par la province pour remédier au problème dans les communautés du nord et du nord-ouest de la Saskatchewan.

Photo : Radio-Canada / Brian Rodgers

Projets de développement au parc Wascana

Selon Judy Ferguson, l'une des deux réalisations récentes, soit la construction du bâtiment Conexus et du bâtiment Brandt/CNIB n’aurait pas respecté le plan directeur de la Commission de la capitale provinciale, qui collabore avec les promoteurs pour les constructions dans le parc.

La vérificatrice provinciale a constaté que le conseil d’administration de la Commission avait approuvé l’un de ces deux projets au stade de la conception en sachant qu’il n’était pas conforme.

La Commission n’a pas non plus établi de procédures claires de consultation du public et de suivi concernant les projets de construction d’envergure.

Une telle situation fait en sorte que les préoccupations du public pour certains d'entre eux ne sont pas acheminées aux promoteurs, ce qui peut mener à de la confusion et à de l’incompréhension pour toutes les parties concernées, indique le document.

À cet effet, les conseillers municipaux de Regina ont voté à l’unanimité, en août 2018, en faveur d’une motion qui recommandait de s’opposer à toute construction d’immeuble commercial dans le parc Wascana, si la Commission de la capitale provinciale n’avait pas réalisé de consultation publique, notamment.

Avec les informations de Nicolas Duny et Charles Lalande

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Saskatchewan

Santé publique