•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La Cour suprême n'entendra pas l'appel d'un ex-nazi dépouillé de sa citoyenneté

Un homme regarde devant lui.

Helmut Oberlander.

Photo :  B'nai Brith

La Presse canadienne

La Cour suprême du Canada n'entendra pas l'appel d'un homme âgé dont la citoyenneté canadienne a été révoquée pour avoir menti au sujet de son appartenance à un escadron de la mort nazi au cours de la Deuxième Guerre mondiale.

Helmut Oberlander, né en Ukraine, s'oppose aux efforts du gouvernement fédéral visant à annuler sa citoyenneté et à l'expulser depuis 1995.

Le promoteur immobilier à la retraite de Waterloo, en Ontario, faisait partie d'une équipe nazie qui a massacré des milliers de civils, principalement des Juifs, alors que l'Ukraine était sous occupation allemande pendant la Deuxième Guerre mondiale.

Une vieille photo noir et blanc de Helmut Oberlander, dans sa jeunesse

Helmut Oberlander soutient qu'il était un interprète et qu'il n'a jamais participé aux meurtres.

Photo : Centre consultatif des relations juives et israéliennes

Helmut Oberlander, aujourd'hui âgé de 95 ans, affirme qu'il a dû joindre l'armée à l'adolescence et que la peine encourue pour une désertion était une exécution.

Il insiste sur le fait qu'il a servi de traducteur et qu'il n'a participé à aucune atrocité.

Comme à l'habitude, la Cour suprême n'a pas donné le motif de sa décision.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Toronto

Procès et poursuites