•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Bilan de session : le PLQ déplore le manque de rigueur du gouvernement

Pierre Arcand s'adresse aux journalistes.

Le chef intérimaire du PLQ, Pierre Arcand, estime que le gouvernement Legault a improvisé et présenté des projets de loi mal préparés au cours de la dernière session parlementaire.

Photo : Radio-Canada

Dans son bilan de la dernière session parlementaire, le chef intérimaire du Parti libéral, Pierre Arcand, a souligné le « manque de rigueur » du gouvernement de la CAQ, qui a présenté plusieurs projets de loi importants qui étaient, selon lui, « improvisés et mal ficelés ».

Je crois qu’il est tout à fait normal que nous émettions des réserves sur des intentions qui sont souvent très embryonnaires et mal ficelées par le gouvernement, a déclaré le chef intérimaire du PLQ, qui a choisi cette année de présenter son bilan une journée avant celui des autres partis.

Dans ce bilan où il a présenté son parti comme la défense officielle des intérêts des Québécois, Pierre Arcand a énuméré les projets de loi où le gouvernement de la Coalition avenir Québec (CAQ) a dû faire marche arrière ou apporter des modifications en raison de l’opposition qu’il rencontrait dans la population autant qu’à l’Assemblée nationale.

Il a souligné à ce chapitre le travail spectaculaire des libéraux dans le dossier de la réforme du Programme de l’expérience québécoise (PEQ), où le ministre de l’Immigration, Simon Jolin-Barrette, a dû suspendre sa réforme en raison de lacunes importantes dans son projet de loi.

Nos interventions ont mis en lumière cette réforme mal ficelée de la part du ministre de l’Immigration, a tenu à préciser Pierre Arcand.

Juste le projet de loi sur Investissement Québec, les libéraux ont proposé 107 amendements qui ont tous été adoptés par le gouvernement. C’est la preuve que ces projets qui sont déposés, très souvent, manquent d’études en amont.

Pierre Arcand, chef intérimaire du Parti libéral du Québec

Il y a eu la question des coûts reliés aux maternelles 4 ans. C’est un dossier qui est devenu à notre avis étourdissant, assez difficile de s’y retrouver. Je ne compte plus le nombre de fois où le discours et les chiffres ont changé.

Le PLQ, estime le chef libéral, a aussi joué un rôle important dans le dossier des sinistrés de Sainte-Marthe, où la ministre des Affaires municipales, Andrée Laforest, a dû retourner sur les lieux pour offrir une aide supplémentaire aux propriétaires inondés.

Pierre Arcand estime également que le travail des libéraux a contribué cet automne à la bonification du projet de loi sur la réforme de l’industrie du taxi.

En ce qui a trait au déroulement des travaux parlementaires, le chef de l’opposition a invité le premier ministre François Legault à cesser d’accuser l’opposition de faire de l’obstruction et à se concentrer plutôt sur la qualité des projets de loi que son gouvernement propose.

Le premier ministre devrait s’asseoir avec son équipe afin de mieux planifier les travaux parlementaires et réclamer plus de rigueur de la part de ses ministres quant à la qualité des projets de loi qui sont déposés.

Pierre Arcand, chef intérimaire du Parti libéral du Québec

Un parti en reconstruction

Ébranlé par la perte de la forteresse libérale de Jean-Talon au profit de la CAQ lors des partielles du début de semaine, le Parti libéral du Québec tente toujours de se consolider à la suite de la débâcle électorale de l'automne 2018 et du départ de son chef, Philippe Couillard, au lendemain du scrutin.

En attendant l’élection d’un nouveau chef, le parti, qui a encaissé des reculs historiques, veut se refaire une image aux yeux des Québécois en tentant de faire oublier les bilans de ses derniers gouvernements marqués par des scandales de corruption, de financement politique occulte et d’impopulaires réformes économiques.

Malgré tout, Pierre Arcand croit que les libéraux jouissent toujours d'une perception favorable dans la population.

Selon lui, les Québécois savent que son parti est capable de redresser l'économie en temps difficile, mais il faut que ses troupes renouent avec les gens, qu’ils soient encore plus près d’eux pour mieux les défendre, croit-il.

Le congrès à la chefferie du Parti libéral du Québec doit se tenir au printemps prochain.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !